africain vivant en Afrique

Chers frères,
Je suis un jeune moine africain vivant en Afrique. Par le moyen de l''internet j''ai su toutes les souffrances que vous endurez en ce moment.
La seule chose que j''ai pu faire c''est de vous soutenir dans la prière et vous encourager à tenir bon et à ne pas défaillir car toutes ces persécutions prouvent la défaite de l''Islam qui n''a plus d''argument et use de la violence pour instaurer la terreur au sein des populations. Ce moyen sert aussi à décourager tous ceux qui veulent quitter l''Islam et être Chrétiens.
Mais toutes ces tactiques c''est du temps perdu car l''heure de la Vérité est tout proche. Le Christ est à la porte du coeur de chaque homme. Soyez forts et n''abdiquez point car ils peuvent tuer le corps et non l''âme.
C''est l''encouragement d''un pauvre moine africain à ses frères et soeurs bien-aimés du Moyen Orient.
Dieu vous bénisse et bénisse toutes vos familles.Dieu vous aime.

communiqué pour la manifestation de soutien aux chrétiens d'Irak et d'Orient (en page 3 et 4)
Initiatives "Lettres de soutien" aux chrétiens d'Orient, et messes en 3ème page
Attentat revendiqué par Al-Qaïda dans une église de Bagdad : 58 morts dont 3 prêtres
Article de l'Aide à l'Eglise en détresse du 02/11/2010
Selon des sources de l’Église d’Irak, trois jeunes prêtres ont été tués suite à l’attaque de l’église syro-catholique Notre-Dame du Perpétuel Secours, au cours d’une messe célébrée le dimanche 31 octobre. Les trois prêtres qui dirigeaient la célébration ont été pris en otage, ainsi que plusieurs paroissiens.
Le père Wasim Sabieh et le père Thaier Saad Abdal ont été tués pendant l’attaque. Le troisième prêtre, le père Qatin, a été blessé et s’est éteint peu après à l’hôpital.
A ce jour, il y aurait 58 personnes tuées et 78 blessées.
L’église a été attaquée par 9 hommes armés portant des ceintures d’explosifs. Les otages ont été libérés après que les forces de l’ordre irakiennes ont investi l’église. Ces dernières ont tué 8 des terroristes pendant l’opération de sauvetage, le neuvième est mort lorsqu’il a activé sa ceinture d’explosifs.
Les terroristes se réclament de « l’État islamique d’Irak », un groupe de militants sunnites étroitement lié à Al-Qaïda. Ils revendiquaient la libération de membres d’Al-Qaïda détenus en Irak et en Égypte. Sur son site Web, le groupe demande également la libération de filles musulmanes, chrétiennes à l’origine qui, selon eux, sont retenues prisonnières dans des monastères coptes d’Égypte. Cette déclaration donnait 48 heures pour relâcher les jeunes filles avant qu’ils ne fassent exploser l’église.
“Nous sommes sans protection ! “
Mgr Basile Georges Casmoussa, archevêque syro-catholique de Mossoul a déclaré à Radio Vatican : « Les retombées de cette tragédie seront très lourdes pour les chrétiens d’Irak.[...] C’est une des rares fois où l’attentat est revendiqué.[...] La déclaration du ministre de la Défense a été trop faible. Jusqu’à maintenant (lundi 1er novembre au matin), le gouvernement interdit toute chaine de télévision de s’approcher des lieux. Pourquoi cette interdiction d’accès aux journalistes ? Il y a une volonté de liquider l’affaire. [...] C’est une catastrophe humaine et religieuse. Nous continuons de tendre la main. Voilà la réponse que nous avons.[...] Nous sommes sans protection ! Il faut que les Nations Unies entrent dans le jeu. Il faut sécuriser les églises et les communautés chrétiennes. Il ne suffit pas de bonnes paroles ! ». Depuis les élections législatives du 7 mars dernier, aucun gouvernement n’a été formé
“Les chrétiens sont devenus des cibles à abattre“
« Cette tragédie nous laisse désemparés, affirme Marc Fromager, directeur de l’AED. Comment peut-on, au nom de Dieu, tuer des personnes justement réunies pour prier Dieu ? Cette absurdité se renouvelle malheureusement trop souvent dans cette région du monde, où les chrétiens sont devenus des cibles à abattre que l’on cherche à faire disparaître définitivement. Nos pensées se tournent vers nos frères, persécutés pour le simple fait d’être chrétiens. Notre prière et notre soutien matériel à travers de nombreux projets continueront. Nous ne pouvons simplement pas les abandonner ».
Les obsèques des dizaines de fidèles tués dimanche lors de l’attaque de la cathédrale syriaque catholique de Bagdad seront célébrées cet après-midi (mardi 2 novembre) dans une église du centre de la capitale irakienne.
Le soutien des chrétiens du Moyen-Orient est une priorité pour l’Aide à l’Église en Détresse, plus encore depuis que le pape Benoit XVI a expressément demandé à l’organisme de faire plus pour les chrétiens de la région,  précisant que « l’existence même des Églises du Moyen Orient est menacée ».
L’Aide à l’Eglise en Détresse vient en aide aux chrétiens qui ont trouvé refuge dans le nord de l’Irak, mais aussi à ceux qui se sont exilés en Syrie, en Turquie et en Jordanie.
L’an dernier, l’AED a soutenu des projets en Irak à hauteur d’un demi-million d’euros.
Là où Dieu pleure:  les chrétiens d’Irak. Voir la vidéo (édition du 2 octobre 2010)
Vidéo particulièrement difficile, mais le chant est magnifique:
http://www.youtube.com/watch?v=QRhVwfIJjic&feature=share
***** ***********
Commentaire de cet article de l'AED
L'article de l'AED mentionne que les membres d'Al-Qaïda demandaient la libération de filles musulmanes, chrétiennes à l’origine, qui seraient retenues prisonnières dans des monastères coptes d’Égypte. A ce sujet il faut savoir que les enlèvements et les violences sexuelles chez les jeunes chrétiennes dans les pays musulmans tels que l'Egypte, l'Irak, le Pakistan ont pour raisons: conversions ou mariages forcés. Si l'information d' d'Al-Qaïda est exacte, les jeunes filles, chrétiennes à l'origine, pourraient s'être réfugiées après un mariage forcé.
Sur le site athée "Riposte laïque": http://www.ripostelaique.com/La-persecution-des-chretiens.html, Lucette Jeanpierre, dans une recension du livre de Raphaël Delpard (lui-même athée) "La persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde" (Ed. Michel Lafon) dit: "Tous les moyens sont bons pour les faire abjurer leur foi, y compris le viol collectif, sorte de viol idéologique, dans les pays musulmans. …. On ne peut lire un tel ouvrage sans être profondément troublé par le silence qui accompagne ces violences inacceptables, ces meurtres, ces viols, ces actes de barbarie. Silence de l’Eglise catholique, silence des hommes politiques de droite comme de gauche. … On reste confondu, après avoir lu ce livre, par l’arrogance des musulmans, dans les pays européens, et en France, quand ils réclament des droits démocratiques pour leur religion, et qu’ils éradiquent, avec des moyens barbares, toute autre religion, et toute autre pensée, quand ils en ont les moyens".
Notons que ce "silence de l'Eglise catholique" n'est pas général, mais essentiellement le fait des structures liées au dialogue islamo-chrétien. Ces violences sont dénoncées en particulier par Benoît XVI de façon récurrente, et l'ont été par le Synode Africain (octobre 2009): "Cela ne s’est passé que trop longtemps, et il est temps de revoir la situation sous l’angle du respect pour les droits fondamentaux de l’homme". C'est aussi le cas de Mgr BAGNARD, évêque de Belley-Ars dans les deux articles http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0504086_conversion et http://catholique-belley-ars.cef.fr/spip.php?article6718
Dans son livre Raphaël Delpard lance un cri douloureux: "Les chrétiens sont en danger. Cela n'a rien d'un effet d'annonce. En 2009, c'est une insupportable réalité". Pour lui ces drames, occultés "par le silence des nations", se déroulent très majoritairement dans des pays musulmans: "On ne peut pas faire comme si le problème n'existait pas et détourner les yeux". Cité par Mgr BAGNARD, le Père Henri BOULAD, Recteur des Collèges jésuites au Caire, confirme: "Quand un musulman me dit que l’islam est la religion de la tolérance, je lui réponds : parmi les 57 pays musulmans de la planète, cite m’en un seul où la liberté religieuse existe".
Dans son article du Nouvel Observateur "La chasse aux chrétiens", Jacques Julliard a pu  dire "Le christianisme est devenu, de loin, la religion la plus persécutée. Mais l'Occident fait l'autruche"



Communiqué de Mustapha Krim, Président de l’Eglise Protestante d’Algérie
Harcèlement de la jeune Habiba Kouider, de nouveau interpelée hier après-midi à 15h a Tiaret.
Dimanche 1er juin, aux environs de 15h, Habiba a été interpelée dans la rue par un groupe de 05 policiers en civil. Alors qu’elle allait son chemin, un homme l’interpelle puis l’accoste. Elle le reconnait sur le champ; il est policier, et a été à ses côtés le jour de son procès. C’est alors qu’il lui prend son sac pour le fouiller. Mais il ne s’arrête pas là, puisqu’il ose, en compagnie de ses collègues, fouiller toute sa personne sans gène et devant tout le monde, car la scène se déroule en pleine rue. Après cela, commence une série de questions incessantes concernant sa conversion au christianisme, comme: ” pourquoi t’es-tu convertie au christianisme ? pourquoi as-tu abandonné l’islam ?” Ils l’obligent également à éteindre son téléphone mobile.
L’interrogatoire ne prend fin qu’aux environs de 17h.

M. Krim (Président de l’Eglise Protestante d’Algérie)

http://collectifalgerie.free.fr/fr/?p=329

Priez aussi pour nos nouvelles Eglises (Hymne a Perpétue et Félicité)
Priez aussi pour nos nouvelles Eglises qui s'élèvent sur le rivage africain que vos souffrances ont illustré ; elles se recommandent à vous ; bénissez-les, et faites-y refleurir, par votre puissante intercession, la foi et les mœurs chrétiennes.
Le texte complet sur : 



Les chrétiens confrontés à ce problème arrivent, dans cet article en tout cas (souligné par NDK), aux même conclusions. En effet comme nous l'avions compris en juillet 2001, et même plus tôt, la necessité d'aider et de soutenir celles et ceux qui quittent l'Islam devient une urgence, ici en Europe.
 C'est pourquoi nous avons eu l'idée, dès juillet 2001 d'agir de deux manières:
1- par la prière en constituant la communion de prière MERE QABEL: nous invitons tous les chrétiens sensibles à cette question à dire le Notre Père et un Ave Maria chaque dimanche, pour les frères persécutés ou empêchés d'aller au baptême.
2- de constituer, sur le terrain, de petits groupes pour ACCUEILLIR, SOUTENIR et INFORME, avec des frères aînés dans la foi, moins inquiétés que les convertis venus des traditions musulmanes, dont l'un des premièrs est Notre-Dame de Kabylie.
Nous invitons à nouveau tous les chrétiens convaincus du danger que courent ceux qui quittent l'Islam, à s'engager dans la prière au moins.
Que Dieu vous bénisse!
***********************************
En Grande-Bretagne, un nombre croissant de chrétiens d'origine musulmane sont confrontés à du harcèlement et des persécutions, met en garde Release International.
Il s'agit notamment de « Yasmin », dont l'ex-mari a planifié de la tuer. Elle a été attaquée dans la rue, chassée de son domicile et prise sous la protection de la police.
Yasmin est devenue chrétienne après avoir eu une vision de Jésus au cours de la difficile naissance de son fils. Elle a essayé de cacher sa foi à sa famille, mais elle a fini par en parler à sa mère.
« Lorsque ma mère a découvert que j'étais devenue chrétienne, elle s'est rendue à la mosquée locale et leur a dit que j'étais devenue folle », a dit Yasmin à Release International, qui est au service de l'église persécutée dans 30 pays.
« Elle est allée chercher de l'eau bénite pour me guérir de ma folie. Une campagne a été orchestrée contre moi, des gens venaient chez moi et frappaient sur la porte toutes les dix minutes pendant la nuit ».
La police a installé une alarme de panique mais a finalement dit à Yasmin qu'ils ne pouvaient plus la protéger et l'ont transférée dans un refuge pour femmes.
Yasmin a déménagé dans une autre région du pays, mais son ex-mari l'a trouvée et a demandé la garde de leurs enfants parce qu'il s'opposait à ce qu'ils soient élevés en chrétiens.
Elle a dit : « Il me harcelait et m'intimidait continuellement et a engagé quelqu'un pour me battre dans la rue. Partout où nous allions il y avait toujours une voiture qui nous suivait et nous surveillait ».
Son fils a cédé à la pression et est allé vivre avec son père. « Il est resté seulement une nuit », dit Yasmin, « car son père lui a dit qu'il avait pris des dispositions pour que quelqu'un me tue et il pressait mon fils pour plus de détails sur la configuration de notre maison - où était l'alarme et où je dormais ».
Yasmin est entrée dans la clandestinité avec son fils et a pris une injonction à l'encontre de son mari. Le harcèlement a cessé, mais elle n'était pas au bout de ses peines.
« Tout le monde dans la communauté musulmane locale savait que j'étais chrétienne et personne ne voulait faire ma connaissance. Les gens traversaient la rue plutôt que de me saluer et souvent me crachaient au visage. Ils ont essayé de faire pression sur moi pour que je quitte la ville. Mais j'avais déjà été chassée d'une ville une fois, alors j'ai décidé de ne pas les laisser m'intimider ».
Yasmin travaille maintenant au soutien d'autres croyants anciennement musulmans qui subissent les mêmes pressions et persécutions.Elle ajoute : « L'une des choses les plus difficiles pour un musulman qui devient chrétien est la perte de sa famille. Il y a de tels réseaux familiaux serrés dans nos communautés. Si quelqu'un devient chrétien, il apporte la honte sur toute la famille et la seule réponse est de l'exclure de la famille ».
Certains croyants d'origine musulmane au Royaume-Uni perdent leurs maisons, leurs biens et même la garde de leurs enfants – tout comme dans de nombreux pays à travers le monde où les anciens musulmans peuvent même perdre leur vie pour avoir changé de religion.
Release International est sous le patronage de
Mgr Michael Nazir Ali, qui a également été sous protection policière après avoir reçu des menaces de mort pour avoir exprimé ses préoccupations au sujet de certains aspects de l'islam en Grande-Bretagne. Il a subi des menaces similaires dans son pays d'origine, le Pakistan, mais n'a jamais pensé que la même chose se produirait au Royaume-Uni.
Mgr Nazir-Ali a déclaré : « L'histoire de l'église est une histoire de persécution. Le sang des martyrs a été, est, et sera la semence de l'église ».
Le président de Release International, Andy Dipper, a déclaré : « Release a vu de nombreux cas similaires à travers le monde. Maintenant, ces choses commencent à se produire au Royaume-Uni ».
« Les musulmans qui se convertissent peuvent être traumatisés, ayant été confrontés à d'intenses pressions, des menaces, du chantage et la perte de leur famille et de leur foyer. Ils doivent souvent vivre avec le secret ou l'intimidation et peuvent avoir besoin de counselling affectif et spirituel ».
« Ces nouveaux chrétiens peuvent avoir des besoins matériels, comme pour le logement, la nourriture et les vêtements. Nous devons être pratiques dans notre aide et ouvrir les portes de nos maisons. Nous avons également besoin d'équiper et de former un plus grand nombre d'églises ici en Grande-Bretagne sur la manière dont elles peuvent le mieux soutenir les nouveaux membres de l'église qui sont d'origine musulmane ».

Grâce à son réseau international de missions, Release International soutient les chrétiens emprisonnés pour leur foi et leurs familles dans 30 pays. Il soutient les travailleurs de l'église, les pasteurs et leurs familles, et propose des formations, des Bibles, de la littérature chrétienne et des émissions de télévision. Release International est membre de la branche britannique de Global Connections, Evangelical Alliance et Micah Network.
L'histoire de Yasmin fait partie de la dernière édition du magazine Witness de Release International disponible sur
www.releaseinternational.org




De nombreuses fois Benoît XVI a dénoncé les violences dont, de façon répétitive, les chrétiens sont les victimes. Le "Synode de l'Eglise Catholique au Moyen Orient" (du 10 au 24 octobre 2010) sera en partie consacré à ce sujet. Dans son discours au premier Séminaire organisé par le Forum Catholique-Musulman organisé par le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux, le Saint Père déclarait: "La discrimination et la violence dont aujourd'hui encore les communautés religieuses font l'expérience à travers le monde, et les persécutions souvent violentes dont elles sont l'objet, représentent des actes inacceptables et injustifiables, et bien plus graves et déplorables quand ils sont perpétrés au nom de Dieu. Le nom de Dieu ne peut être qu'un nom de paix et de fraternité, de justice et d'amour". Le dimanche 10 janvier 2010, après la récitation de la prière de l'angélus, Benoît XVI s'est de nouveau exprimé sur ce sujet: "La violence envers les chrétiens dans certains pays a suscité une grande indignation, aussi parce qu'elle s'est déroulée au cours des jours les plus sacrés de la tradition chrétienne. Les institutions politiques et religieuses ne doivent pas renoncer, je le rappelle, à leurs responsabilités. Il ne peut y avoir de violence au nom de Dieu, et on ne peut pas davantage prétendre l'honorer en offensant la dignité et la liberté de ses semblables".
Ici "violence au nom de Dieu" cible de façon claire les pays à majorité musulmane. A ce sujet, l’Association protestante "Portes Ouvertes" vient de publier son Index 2010 des persécutions des chrétiens dans le monde http://www.portesouvertes.fr/informer/index_persecution.php. Sur les 10 premiers pays de l’Index, 8 ont des régimes islamiques. Et sur les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés, 35 sont des pays où l’islam est majoritaire. Dans les pays qui ont un régime islamique, le degré de persécution contre les chrétiens a généralement augmenté ces dernières années, ceci d'autant plus que le christianisme se répand. Avec un hindouisme de plus en plus antichrétien, l'Inde et le Sri Laka figurent dans cette triste liste (massacres, maisons et églises incendiées).
Selon http://www.christianpersecution.info/index.php?view=7393, l'année dernière a été la pire période de persécution de la dernière décennie contre les chrétiens au Pakistan. Elle a été marquée par des arrestations (grâce à la loi contre le blasphème), détentions, des agressions individuelles, ou communautaires, qui auraient tué environ 130 chrétiens dans tout le pays islamique. De son côté un rapport de l'Aide à l'Église en Détresse (AED) note que 80% des persécutions religieuses dans le monde frappent les Chrétiens, dont un très grand nombre ne peut pas pratiquer librement sa religion. L'un des auteurs du rapport de l'AED, Berthold Pelster écrit que les idéologies religieuses qui n'acceptent qu'une seule religion (allusion à l'islam) sont à l'origine de nombreuses violences contre les Chrétiens en 2009, ceci au Pakistan, en Égypte, en Indonésie, en Malaisie, et au Nigeria, trois régions majoritairement musulmanes. Selon le professeur Thomas Schirrmacher, directeur de la Commission sur la liberté religieuse de l’Alliance évangélique allemande, plusieurs dizaines de milliers de chrétiens sont tués chaque année à cause de leur foi. Il note que beaucoup de responsables chrétiens craignent souvent d’aborder la persécution, et la discrimination des chrétiens, dans les pays islamiques par crainte que cela mette en péril le dialogue interreligieux.
Sur ce sujet "les institutions politiques", que Benoît XVI rappelle à leurs responsabilités,  si promptes à s'émouvoir à la moindre atteinte aux droits de l'homme, restent étrangement muettes. Il en est de même de la majorité des grands médias. Mais le silence des "institutions religieuses" est une source de bien douloureuses interrogations. Certes à titre individuel des responsables religieux se sont exprimés dont:
- Mgr Ginoux, évêque de Montauban: "Mais comment pourrions-nous abandonner nos frères ? Aimons-les, prions pour eux, soutenons-les et regardons-les comme le visage du Christ crucifié",
- le cardinal Jean-Pierre Ricard (21/06/07) alors président de la Conférence des évêques de France: "Les nouvelles qui nous parviennent d’Irak, jour après jour, manifestent l’extension de la violence armée avec son cortège de meurtres, de souffrances, de drames humains. Toute la population est ainsi victime de cette situation dramatique, mais celle des chrétiens l’est tout particulièrement. On estime qu’en deux ans la moitié des chrétiens a du quitter le pays pour se réfugier dans les pays voisins. Les enlèvements, les attentats, les meurtres de chrétiens se succèdent."
- le cardinal Barbarin dans un message du 09/01/2010 à  sa Sainteté le Pape Shenouda,  à la suite des récentes attaques contre les coptes orthodoxes en Egypte (cf. page 2).
Cependant sur le site de la Conférence des évêques de France http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/textes-et-declarations.html on ne trouve aucun texte qui condamne explicitement les violences antichrétiennes, avec leurs origines. Il en est de même pour le Service des Relations avec l'islam (SRI), et les structures diocésaines, ou nationales, vouées au dialogue islamo-chrétien. Alors qu'en plein mois de ramadan 2009, dans pratiquement tous les pays majoritairement musulmans, les persécutions antichrétiennes se sont amplifiées, comme par exemple au Pakistan et en Egypte, n'y avait-il pas là l'occasion de demander aux autorités, et organisations musulmanes, de notre pays de s’y intéresser? Les médias occidentaux n'ont pas manqué d'expliquer le sens de ce mois de jeûne, présenté comme un temps de partage et de dialogue, ce que les religieux musulmans aiment souligner. On comprend que, dans certains pays, beaucoup de musulmans modérés se taisent par peur d'être victimes des islamistes. Mais on ne comprend pas le silence des chrétiens, ni celui des musulmans, qui vivent dans des pays où ils peuvent exercer le droit de s'exprimer.
Sur le site http://www.france-catholique.fr/Dans-le-dialogue-avec-l-islam-le.html, et sous le titre "Dans le dialogue avec l'islam: le tabou levé ou le silence récidivé?" (15/01/2010), après avoir évoqué "le black-out total de l’épiscopat français sur la persécution communiste, pendant des années", le père Daniel-Ange s'exprime ainsi: "J’ose poser la question politiquement, ecclésialement très incorrecte: ne recommençons nous pas, avec la persécution islamique? Voici quatre ans, un document de la Conférence épiscopale, remarquable par ailleurs, validé par l’Assemblée plénière à Lourdes, abordait tous les aspects du dialogue. Je n’y ai pas trouvé une allusion à cette violence islamique antichrétienne".
Par contraste, quand on voit que ce sont des athées militants qui dénoncent les persécutions des chrétiens, et le silence de l'Eglise, en manifestant une réelle compassion pour les victimes, ce silence des institutions catholiques pose une terrible question: celle d'une manifestation du mystère d'iniquité??? (cf. le commentaire de la seconde lettre de saint Paul aux Thessaloniciens par Saint Thomas d'Acquin). Cet impensable engagement d'athées est donné sur le site "Riposte laïque":
où Lucette Jeanpierre, dans une recension du livre de Raphaël Delpard (lui-même athée) "La persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde" (Ed. Michel Lafon) dit:
"Tous les moyens sont bons pour les faire abjurer leur foi, y compris le viol collectif, sorte de viol idéologique, dans les pays musulmans.
L’auteur consacre un chapitre complet à la dhimmitude, et une longue partie de son témoignage évoque la situation en Algérie, pays qui, manifestement, lui tient à cœur. On ne peut lire un tel ouvrage sans être profondément troublé par le silence qui accompagne ces violences inacceptables, ces meurtres, ces viols, ces actes de barbarie. Silence de l’Eglise catholique, silence des hommes politiques de droite comme de gauche.
On reste confondu, après avoir lu ce livre, par l’arrogance des musulmans, dans les pays européens, et en France, quand ils réclament des droits démocratiques pour leur religion, et qu’ils éradiquent, avec des moyens barbares, toute autre religion, et toute autre pensée, quand ils en ont les moyens".
Dans ce livre Raphaël Delpard lance un cri douloureux: "Les chrétiens sont en danger. Cela n'a rien d'un effet d'annonce. En 2009, c'est une insupportable réalité". Pour lui ces drames, occultés "par le silence des nations", se déroulent très majoritairement dans des pays musulmans: "On ne peut pas faire comme si le problème n'existait pas et détourner les yeux".
Le contraste avec le silence d'institutions catholiques s'accentue avec cette exhortation qu'un leader musulman, le Sheikh Dr Muhammad Al-Hussaini, adresse aux responsables chrétiens (http://www.christianweek.org/stories.php?id=661&cat=record):
"Un leader musulman britannique exhorte les chrétiens à être beaucoup plus fermes en ce qui concerne le sort des chrétiens dans les nations musulmanes. Dr. Mohammed Al Hussaini dit que la persécution des chrétiens s'amplifie parce que la hiérarchie de l'Eglise ne s'en soucie pas. "Les chrétiens persécutés ne sont ni «blancs, ni de riches" et les chrétiens blancs les ignorent. Nous ne pouvons compter sur la communauté musulmane, dit-il, en s'insurgeant contre les injustices des musulmans vis à vis des minorités chrétiennes. C'est pourquoi il exhorte les responsables chrétiens à agir auprès des dirigeants musulmans du monde entier".
Le site http://www.ccfon.org/view.php?id=825 reproduit de plus larges extraits de ce qu'a dit Mohammed Al Hussaini, avec des commentaires. Dans le cadre de son appel à  l'Eglise pour qu'elle soit une voix pour les minorités persécutées, il dit en particulier:: "Au moindre événement débutant à Gaza ou en Cisjordanie, nous, musulmans, pouvons absolument compter sur des manifestations massives dans les villes musulmanes de Jakarta à Tombouctou. Dans le cas des minorités chrétiennes persécutées (horribles attaques à la machette au Nigeria, des chrétiens en Irak sont brûlés hors de leurs maisons, des chrétiens au Pakistan sont lapidés, ou agressés, sous le moindre prétexte, des chrétiens en Palestine souffrent sous l'occupation israélienne) la réaction est tout au plus une simple pleurnicherie".
En effet, il n'est pas illogique de penser que l'absence de réaction des "institutions politiques et religieuses" ne peut être qu'interpréter comme un encouragement à la passivité des autorités politiques, et de la police, dans les pays où sévit la persécution.
Mgr Santier, Président du Conseil pour les relations interreligieuses de la Conférence des évêques de France, a une analyse différente dans un communiqué (01/02/2010) traitant des débats autour de l'affaire du "voile intégral":
"Si nous voulons que les chrétiens en situation de minorité dans les pays à majorité musulmane disposent de tous leurs droits, nous devons dans notre pays respecter les droits de tous les croyants à l’exercice de leur culte. Le dialogue en vérité entre croyants permet de dépasser les méfiances réciproques. Le chemin sera long et exigeant. La voie du respect mutuel permettra d’améliorer le vivre ensemble dans notre pays". Cf.
Il semble que dans notre pays les droits des musulmans soient particulièrement bien respectés. C'est le cas du financement indirect de lieux de culte par des municipalités, ou des collectivités locales. Dans la plupart des cantines le porc a été supprimé, dans certaines la viande hallal pour tous a été adoptée dans le but de simplifier leur gestion (avec des chances de généralisation à moyen terme), la taxe religieuse liée à ce service contribuant ainsi au fonctionnement des mosquées. En outre on peut noter que Mohammed Moussaoui, président du CFCM a pu chanter à Notre-Dame de Paris, librement et sans réaction, la sourate 1 "Al-Fâtiha" du Coran lors de la cérémonie interreligieuse du 03/06/2009 pour les victimes de l'accident du vol Rio de Janeiro-Paris AF 447, selon le journal "La Croix"  (cf. http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2375412&rubId=788). Ceci bien que le verset 7 soit une injure aux chrétiens, qui sont les "égarés" de ce texte, les juifs étant ceux qui sont "l'objet du courroux" de Dieu. Notons que le terme "égarés" fait partie des 24 qualificatifs négatifs identifiant les chrétiens-associateurs [mouchrikoun leur péché étant irrémissible (shirk)]. Sur l'équivalence "égarés = chrétiens", la note 7 du livre "Le Coran" (Ed. Maisonneuve & Larose, 2005, page 29), traduit par Régis Blachère (islamologue très connu pour avoir produit la meilleure traduction du Coran), est très claire en disant qu'il s'agit d'une "Tradition que l'on fait remonter jusqu'au Prophète", i.e. ce qui est appelé hadiths, appartenant aux textes canoniques de l'islam. De son côté, lors de cette cérémonie, Mgr Vingt-Trois avait lu un extrait du Petit Prince de Saint-Exupéry.
Par contre la position des évêques d'Algérie rejoint celle du Dr. Mohammed Al Hussaini. Leur communiqué du 25/01/10 dit qu'ils "ont partagé leur grande peine à la suite du saccage et de l'incendie du lieu de culte de la communauté protestante Tafat, à Tizi-Ouzou. … Les évêques ont, à cette occasion, pris le temps d'analyser ensemble la situation préoccupante que vivent certains chrétiens algériens". Ils se disent "très inquiets des entraves mises, ici ou là, à la pratique du culte chrétien" et, "profondément attristés". Ils ne cachent pas "leur indignation devant la profanation de signes chrétiens, comme ils sont indignés lorsqu' ils apprennent que des signes de la religion musulmane sont profanés dans tel ou tel pays du monde". Ils font part de "leur compassion et leurs sentiments de fraternité à leurs frères et sœurs qui ont été agressés dans leur vie religieuse". A la suite de ce communiqué, un article d'El Khabar note que le Ministre des Affaires Religieuses accuse les évêques d’Algérie de servir des intérêts étrangers?
Le Père Christian Delorme, bien connu pour son engagement dans le dialogue islamo-chrétien, a une position nettement opposée, en insistant sur la nécessité "d'entendre ce que nous disent les autorités algériennes et une partie de la population", et en désapprouvant toute action évangélisatrice en Algérie. Cette position est exposée dans un article du quotidien Le Monde (4 juin 2008), intitulé "Non, l’Algérie n’est pas antichrétienne", avec l'extrait suivante: "L'Algérie n'est pas antichrétienne, il est nécessaire d'entendre ce que nous disent les autorités algériennes et une partie de la population à propos de ces musulmans algériens devenus chrétiens ; ce qui fait fondamentalement l'unité de l'Algérie, c'est son islamité ; ces conversions nous rappellent les méthodes des coloniaux; les chrétiens évangéliques agissent selon une stratégie américaine; enfin, il semble dangereux d'évangéliser en terre d'Islam car un peuple risque d'être déchiré". Cf. la réponse de l'abbé Loiseau sur:
 **** Mise à jour du 12/02/2010****
Le Père Christian Delorme était l'un des invités du colloque international "Liberté du culte, entre législation divine et droit positif", organisé à Alger, les 10 et 11 février, par le Ministère des Affaires Religieuses, et non "Affaires Etrangères" comme l'annonçait le site "La Vie" http://www.lavie.fr//religion/vers-une-detente-pour-les-chretiens-en-algerie-09-02-2010-2985_10.php. Parmi les autres invités: le cardinal-archevêque de Lyon Philippe Barbarin, le pasteur Claude Baty, président de la Fédération Protestante de France, l'évêque de Créteil Mgr Michel Santier, le père Christophe Roucou, responsable des relations avec l'islam pour l'épiscopat français, le père Michel Lelong. Cependant l'agenda diocésain de Mgr Barbarin et Mgr Santier montre qu'ils n'ont pas assisté à ce colloque.
Le site du quotidien algérien indépendant "Le Soir d'Algérie" http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/02/11/article.php?sid=95547&cid=2 indique que l'archevêque d'Alger, Mgr BADER a demandé l'abrogation de l’ordonnance fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulman adoptée en 2006. Sous le titre "Ghoulamallah s’indigne des propos de Bader: La règlementation du culte relève des prérogatives de l’état!", le site http://www.echoroukonline.com/fra/index.php?news=5799 note la réaction du ministre "Le ministre des affaires religieuses et des waqfs, Abdallah Ghoulamallah a qualifié d’hommes sages, les évêques d’Alger d’avant et après l’indépendance qui n’ont jamais remis en question la réalité et les lois et ont été proches des algériens. « J’espère que l’archevêque qui nous vient d’un pays arabe tirera son enseignement de Teissier qui est encore vivant et lui demande conseil sur ce que les algériens peuvent admettre et ce qu’il n’admettent pas », a souligné le ministre".
Cette réaction du ministre pose la question du rôle attendu pour les invités à ce colloque. L'article le précise clairement: "Le congrès a conclu à la garantie de l’Algérie du respect de la liberté de conscience et la pratique du culte en toute franchise et honnêteté pour faire émerger les similitudes entre les religions, les cultures et les civilisations." Voir aussi: http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-02-11/72986.html, http://www.oecumene.radiovaticana.org/FR1/Articolo.asp?c=358210
Le quotidien "Le Soir d'Algérie" a souvent dénoncé les atteintes à la liberté religieuse en Algérie. C'est aussi le cas du quotidien "Liberté" http://www.liberte-algerie.com/index.php. L'article de Notre-Dame de Kabylie http://notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/310/Chapeau-bas-a-Mr-Soheib-BENCHEIKH.aspx donne un extrait de l'une de ces dénonciations.

*** Fin de la mise à jour ****
Appel à la prière pour les persécutés chrétiens, membres du corps de Christ
Ce type d'appel est exceptionnel en France sur les sites catholiques officiels, comme celui de Mgr Ginoux, évêque de Montauban: "Mais comment pourrions-nous abandonner nos frères ? Aimons-les, prions pour eux, soutenons-les et regardons-les comme le visage du Christ crucifié". Les intentions de prières sont nombreuses, mais restent liées à des notions qui restent abstraites pour la plupart des fidèles: la paix, la justice, l'entente entre les peuples, les droits des sans papiers, l'accueil, etc. Mais les faits concrets de persécutions sont absents. On oublie ces passages du Nouveau Testament:
- "Pierre était gardé en prison tandis que l'Eglise priait Dieu pour lui ardemment" Actes 12; 5.
- "Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez dans les liens avec eux, de ceux qui sont maltraités, vous aussi qui avez un corps." (Hébreux 13:3).
Aujourd'hui non seulement Pierre est en prison, mais des membres de sa famille sont torturés, massacrés, les jeunes filles enlevées, violées. Dans les contrées des premières Eglises du Christianisme, les chrétiens victimes d'un nettoyage religieux sont contraints à l'exil. Dans l'indifférence la plus totale le christianisme disparait progressivement de ces régions. Où sont les "ardentes prières" de leurs frères? On les cherche dans les intentions de prières dites chaque dimanche dans les églises catholiques, sur les sites des diocèses (sauf de rares exceptions). Quand il est question de "persécutions", elles sont mentionnées sous forme floue, comme les "Intentions de prière 1er trimestre 2010, confiées par Monseigneur Lucien Fruchaud, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier" http://saintbrieuc-treguier.catholique.fr/Intentions-de-priere-1er-trimestre,2059:
"Dans son message adressé en ce début d’année 2010, le Pape Benoît XVI nous invite à nouveau à prier pour la paix dans le monde. C’était déjà la grande prière de Jésus au cours de sa vie publique. C’était le souhait destiné à ses disciples quand il les rencontrait après sa résurrection : « La paix soit avec vous. » Dans ce monde encore très troublé, alors que des guerres, des attentats, des luttes ethniques, des persécutions éclatent chaque jour un peu partout, le Saint-Père le Pape nous invite à être des bâtisseurs de paix là où nous nous trouvons.
Prions pour que la volonté de construire la paix grandisse dans le cœur de tous les hommes. Prions pour que tout désir de violence, de haine, de supériorité, de vengeance, s’éloigne du cœur de chacun et que tous nous devenions des bâtisseurs de paix. Prions pour que nous parvenions tous, avec la grâce de Dieu, à pardonner même et surtout à ceux qui nous ont gravement offensés".
En tant que réponse au message de Benoît XVI du10 janvier 2010, est-ce qu'un texte aussi inconsistant peut vraiment sensibiliser les fidèles à l'ampleur des atroces persécutions des chrétiens dans le monde, et à leur progression continuelle? (cf. la page 2)
Peut-il provoquer un flot de prières pour les persécutés?
Les fidèles se sentent-ils ainsi dans "les liens avec eux et maltraités dans leur corps"(Hébreux 13:3)?
Est-il motivé par le désir de préserver le dialogue islamo-chrétien?
"Persécutions": lesquelles? En quel nom?
"Un peu partout": où?
Est-ce là une "ardente prière"? (Actes 12; 5)
C'est ainsi que nos frères chrétiens persécutés se sentent totalement abandonnés par les institutions religieuses catholiques. Ce qui n'est pas le cas des institutions protestantes, plus particulièrement les évangéliques, avec l'organisation de journées et semaines de prières pour les martyrs chrétiens. A ce sujet on peut lire sur le site http://www.christianweek.org/stories.php?id=686
"Les Canadiens se sont réunis avec les chrétiens venus de 130 pays du monde entier le 8 novembre 2009, afin de prier pour leurs soeurs et frères persécutés dans le monde. «Nous avons besoin de prier pour l'Eglise persécutée. Nous faisons partie du même corps, Celui du Christ. Nous faisons partie de la même famille», explique Greg Musselman de La Voix des Martyrs (VOM) (http://www.persecution.net/). VOM coordonne la Journée internationale de prière pour l'Église persécutée au Canada, en partenariat avec Open Doors, Intercede International, International Christian Response et l'Alliance évangélique du Canada".
Via Google les mots clés "christians persecuted prayers days" conduisent à 1.020.000 liens. Par exemple "International Day of Prayer for the Persecuted Church – 2009" http://www.idop.org/
SUITE PAGE 2 "Persécutions des chrétiens en 2009-janvier 2010: un effrayant bilan"