Fatima Bint Mohammed Ben Othman Al-Matiri



Le 21 juin le site canadien  
a fait paraître un article intitulé " Irak - Nettoyage ethnique : des enfants chrétiens sont crucifiés pour inciter leurs parents à quitter le pays", traduction du texte plus complet en anglais (publié par Jennifer Green, dans "The Ottawa Citizen"):
http://www.canada.com/ottawacitizen/news/story.html?id=e7649576-0ebe-4b4f-b803-9a2c64449c41
Le texte français est reproduit ci-dessous.

"Des militants musulmans crucifient des enfants pour terroriser leurs parents chrétiens et les inciter à fuir l’Irak, s’est fait dire hier un comité parlementaire qui étudie la persécution des minorités religieuses.
Depuis le début de la guerre en 2003, environ 12 enfants, certains âgés d’à peine 10 ans, ont été enlevés et tués, puis cloués sur des croix de fortune près de chez eux pour terrifier et tourmenter leurs parents.
Le comité a été informé qu’un enfant a été arraché, décapité, brûlé et laissé sur le pas de la porte de sa mère.
Filham Isaac, parlant au nom du Comité de défense des intérêts Ninive, a déclaré au comité des droits de l’homme que les églises chrétiennes d’Irak ont été bombardées, des membres du clergé assassinés et les femmes dévoilées ont été violées ou marquées à l’acide.
Cela fait partie d’une campagne systémique - et très efficace - de nettoyage ethnique des non-musulmans de la région, dit-il. Les chrétiens chaldéens et assyriens, connus sous le nom de Assyro-Chaldéens, ont été autrefois la plus grande minorité chrétienne en Irak. Ils sont aussi les plus anciens, étant les descendants des anciens Mésopotamiens qui ont adopté le christianisme au premier siècle.
L’Eglise catholique chaldéenne, l’Église syro-catholique, l’Église syriaque orthodoxe et l’Église d’Orient sont parmi les églises chrétiennes en Irak.
Aujourd’hui, environ 300 000 chrétiens, ou un sur trois, sont réfugiés, a-t-il déclaré.
« C’est à un point de crise », a dit par la suite Zaya Oshana, collègue de M. Isaac. « Les chrétiens seront complètement anéantis ».
Pourtant, les Assyro-Chaldéens ne veulent pas quitter leur pays en masse.
Au lieu de cela, ils demandent de l’aide pour habiter les plaines de Ninive, dans le nord-ouest de l’Irak, où ils peuvent avoir une certaine indépendance et former leur propre État. La terre est riche, et il pourrait aussi y avoir du pétrole.
Il y a un certain soutien aux Etats-Unis et en Europe pour cette zone indépendante, et les actualités internationales indiquent que plus de 700 officiers de police ont commencé une formation pour protéger les chrétiens en Irak, mais un autre 4000 serait nécessaire pour sécuriser pleinement la région et établir des postes de contrôle sur toutes les autoroutes et les routes menant dans les villages."



Que dire sur ce livre? sinon qu'il faut le lire.
Voici un témoignage de plus que, si on peut trouver des musulmans bienveillants et tolérants, par leur nature humaine, il n'en est pas de même de l'Islam qui est fondamentalement idéologique et sectaire, au sens où il ne permet pas à ses membres de l'abandonner.
Les éditions de l'oeuvre ont dû être prises de court car, sorti le 18 mars, il est déjà épuisé. Mais d'autres tirages sont attendus.
Quant "au prix à payer" pour l'acquérir c'est dérisoire: 18€
Voici le résumé du livre qu'en donne l'éditeur:
Joseph FADELLE

Mohammed Moussaoui, jeune Irakien, fils aîné d’une grande famille chiite, se destine à la vie aisée d’un homme d’affaires. Sa voie est toute tracée. À 23 ans, il ne peut plus échapper au service militaire qu’impose à l’époque le régime de Saddam Hussein. Son voisin de chambrée, Massoud, est chrétien. Entre les deux jeunes gens se noue une amitié paradoxale, qui n’exclut pas le débat idéologique et religieux. Étonné par la foi douce et vivante de Massoud, Mohammed cherche à la soumettre à la critique. Mais Massoud est prudent, et c’est Mohammed qui va revenir transformé à la maison. Il désire devenir chrétien. Obligé de se cacher pour vivre sa foi, sa famille finit par découvrir son secret. Une fatwa est lancée contre lui. Emprisonné, battu, banni par les siens, Mohammed quitte l’Irak pour la Jordanie. Retrouvé à Amman par ses frères et son oncle, il échappe par miracle à la mort. Leurs balles, tirées à bout portant, le blessent mais ne le tuent pas.

En lisant l’histoire de Mohammed devenu Joseph au péril de sa vie, on ne peut s’empêcher de se souvenir de ce passage de l’Évangile de Luc : « Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. »
=========================== du 5/06/2010 ===============

Cette vidéo sur KTO, émission d'une 1H30, qui concerne Joseph Fadelle à partir de la 52 ème minute, pour celles et ceux qui ne veulent pas tout écouter.
 
 L'article original est du site Aafaq.org, transmis et traduit par le site MediaArabe.info, signalé par notre soeur Nicole M. (merci à elle pour sa vigilance).
La jeune femme s'appelle Fatima Bint Mohammed Ben Othman Al-Matiri (26 ans): ayant eu une discussion avec sa mère et son frère, elle a défendu Jésus Christ. Son frère a découvert sur son ordinateur des textes qu’elle avait écrits concernant sa nouvelle religion, et des louanges au Christ.
"La jeune Fatima participait, sous plusieurs pseudonymes, à des forums de Chrétiens et de néo-convertis, notamment des Coptes. Elle défendait « la liberté religieuse et de la foi », critiquant l’islam et son hégémonie.
C'est ainsi qu'elle a comparé le Christ au Prophète Mohammed, louant les prêches pacifiques de Jésus et dénonçant la vie controversée de Mahomet... Son frère, membre de la milice islamique, n’a pas supporté le comportement de sa sœur. Il s’est alors acharné sur sa victime, ne lui laissant aucune chance de survie.
Peu avant son meurtre, et en apprenant que son cas venait d’être dévoilé, la jeune Fatima avait écrit son dernier message au forum des « Chrétiens arabes », faisant état de sa peur. Mais elle a rassuré ses lecteurs que « Jésus était sa lumière et sera son compagnon », et qu’elle ne craignait rien. De ce fait, Fatima aura été la « première martyre chrétienne d’Arabie saoudite ».
Si la date de cet assassinat n’est pas précisée, il n’en demeure pas moins que l’assassin est actuellement en détention, et les autorités tentent d’étouffer l’affaire par crainte de la réaction de l’opinion internationale. En effet, de telles révélations sont dommageables et l’image de l’Arabie saoudite pourrait en pâtir si la communauté internationale s’emparait de ce meurtre. Les proches de la victime tentent de leur côté de présenter le meurtre comme une affaire de mœurs. Mais le fait que plusieurs sites internet s’en soient emparés risque de porter préjudice au pouvoir saoudien et à l’institution religieuse. Les wahhabites, qui financent les conversions à l’islam à travers le monde, et notamment en Europe (religion du pardon et de la miséricorde, disent-ils), et qui défendent le droit des musulmans dans les pays non-islamiques, ont une autre vision du pardon et de la miséricorde et l’applique avec le sabre dans leur propre pays et au sein de leurs familles. Un bel exemple de piété.
Traduction et synthèse de Randa Al Fayçal
 Un hommage vidéo a été fait l'année d'aprés: il est en 2ème page.
 

Nous donnons juste pour exemple cet extrait de la chronique du 7/02/08 du fumeur de thé :
Mort aux curés et aux pasteurs ! En Algérie, le christianisme ne passera pas ! Le terrorisme, la corruption, le népotisme, l’incompétence, la dictature, la hogra, les injustices, le chômage, la pauvreté, les maladies, OUI ! Le christianisme, NON !
Le reste de l'article peut être consulté sur le site du Soir d'Algérie:
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2008/02/07/hakim.php
Et pour sourire, sur le même site, cette caricature:






Caricature de Hic du 07 02 08 Soir d'Algérie