TERRE AMAZIGH bérbére

Témoins du massacre de chrétiens au Pakistan

Deux prêtres dominicains partagent avec ZENIT le drame de la persécution

| 3044 clics

ROME, Vendredi 11 septembre 2009 (ZENIT.org) - Des représentants des chrétiens du Pakistan sont venus à Rome se faire les porte-parole des souffrances et des peurs provoquées par les récents massacres.
Deux prêtres dominicains du diocèse de Faisalabad, P. Pascal Paulus et P. Iftikhar Moon, ont été les témoins oculaires du meurtre de 8 chrétiens et de l'incendie de 70 maisons dans le village de Gojra le 1er août dernier.
Mais la peur au sein de la communauté catholique s'est accrue lorsque, le 28 août, cinq autres chrétiens étaient tués par balles dans le centre ville de Quetta (Bélouchistan).
Les deux prêtres ont donné leur témoignage à ZENIT lors d'une rencontre au Centre « Russie Oecuménique », à deux pas du Vatican, où ils ont lancé un appel à l'opinion publique internationale.
Les deux prêtres exercent leur ministère dans la paroisse du Saint Rosaire de Faisalabad qui a été incendiée.
Le père Pascal Paulus a expliqué à ZENIT que, en dépit de la peur et des menaces, ils retournent à présent au Pakistan avec enthousiasme « car nous annonçons le Christ, notre mission est de faire connaître le Christ, l'amour du Christ, d'encourager l'amour de nos frères humains ».
Le P. Paulus a parlçe du climat dans lequel il exerce son ministère : « Le Pakistan est une république islamique, où tout se fait selon une conception musulmane : les gens veulent une loi islamique, la charia, malgré les tentatives du gouvernement pour instaurer la démocratie ».
Dans ce climat, le prêtre considère que le problème majeur auquel sont confrontés les chrétiens sont les lois anti-blasphème promulguées en 1991. Au titre de ces lois, toute profanation du Coran est considérée comme une offense et punie par la prison, tandis que toute insulte envers le prophète Mahomet est passible de la peine capitale.
Selon le P. Paulus, certains musulmans prennent prétexte d'insultes supposées envers le prophète ou de profanations du Coran, en se fondant sur leurs propres témoignages, pour s'approprier les biens des chrétiens.
Le père Paulus avoue que, dans ces circonstances, ils sont conscients qu'ils pourraient mourir avec les gens, comme cela aurait pu arriver il y a quelques semaines.
« Le 30 juillet, la violence s'est déchaînée lorsqu'une foule de fanatiques musulmans en colère et armés ont attaqué la colonie chrétienne de Korian, non loin de la petite ville de Gojra, et détruit les maisons après les avoir pillées », a-t-il raconté.
« Deux jours plus tard, le 1er août, 8 chrétiens ont péri, brûlés vifs. La foule avait attaqué un groupe de chrétiens, dans lequel se trouvaient trois enfants, trois femmes et deux hommes. Ils ont pillé et incendié 70 maisons de chrétiens, profanant également deux églises à Gojra », a-t-il poursuivi.
« La foule en colère a saccagé les maisons, mis en pièces des bibles et autres livres sacrés, détruit les croix, tout dévasté et brûlé. Les chrétiens dont les maisons avaient été incendiées se retrouvèrent sans rien », a témoigné le prêtre.
« Il faut le dire, la police de Gojra et les autres forces de sécurité n'ont rien fait pour éviter ces faits et ont négligé l'appel lancé contre les chrétiens qui avait été lancé dans les mosquées », a-t-il ajouté.
« La Police est intervenue quand tout était fini et qu'il était trop tard », a-t-il déploré.
« Il est également très pénible de voir que le gouvernement ne se s'est préoccupé d'un évènement aussi grave que 72 heures plus tard, quand les chrétiens ont organisé une manifestation de protestation sur la voie ferrée », a-t-il poursuivi.
Plus tard, ont expliqué les deux prêtres, le président du Pakistan, comme le premier ministre, et les autorités de Punjab, ont condamné les attaques et « le gouvernement a annoncé qu'une indemnisation serait accordée pour reconstruire les maisons de ces pauvres chrétiens ».
Alors qu'ils se sentaient abandonnés, a expliqué le père Iftikhar Moon à ZENIT, le message de solidarité que le pape leur a adressé en apprenant la nouvelle les a profondément réconfortés.
« Ce message a été pour nous un message de réconfort et d'espérance - à confié le père Moon - car nous avons vu que le chef de l'Eglise est avec nous, parle de nous ».
Les prêtres lancent un appel à la solidarité des chrétiens du monde entier pour qu'ils fassent pression contre les lois de discrimination des minorités, en particulier la loi anti-blasphème.
« Nous lançons un appel aux organisations mondiales des droits de l'homme pour qu'elles enregistrent les faits et interviennent auprès de notre gouvernement en faveur de la protection des chrétiens et des autres minorités », ont-ils dit.
« Nous, chrétiens du Pakistan, ne nous sentons pas en sécurité dans notre pays », ont reconnu les deux prêtres dominicains.
Mercedes De La Torre
Traduction française : Elisabeth de Lavigne




Extrait d'un article du site ZENIT
Deux prêtres dominicains du diocèse de Faisalabad, P. Pascal Paulus et P. Iftikhar Moon, ont été les témoins oculaires de ces persécutions.
« Le 30 juillet, la violence s'est déchaînée lorsqu'une foule de fanatiques musulmans en colère et armés ont attaqué la colonie chrétienne de Korian, non loin de la petite ville de Gojra, et détruit les maisons après les avoir pillées ».
« Deux jours plus tard, le 1er août, 8 chrétiens ont péri, brûlés vifs. La foule avait attaqué un groupe de chrétiens, dans lequel se trouvaient trois enfants, trois femmes et deux hommes. Ils ont pillé et incendié 70 maisons de chrétiens, profanant également deux églises à Gojra », a-t-il poursuivi.
« La foule en colère a saccagé les maisons, mis en pièces des bibles et autres livres sacrés, détruit les croix, tout dévasté et brûlé. Les chrétiens dont les maisons avaient été incendiées se retrouvèrent sans rien », a témoigné le prêtre.
« Il faut le dire, la police de Gojra et les autres forces de sécurité n'ont rien fait pour éviter ces faits et ont négligé l'appel lancé contre les chrétiens qui avait été lancé dans les mosquées », a-t-il ajouté.
« La Police est intervenue quand tout était fini et qu'il était trop tard », a-t-il déploré.
Le P. Paulus a parle du climat dans lequel il exerce son ministère : « Le Pakistan est une république islamique, où tout se fait selon une conception musulmane : les gens veulent une loi islamique, la charia, malgré les tentatives du gouvernement pour instaurer la démocratie ».
Dans ce climat, le prêtre considère que le problème majeur auquel sont confrontés les chrétiens est les lois anti-blasphème promulguées en 1991. Au titre de ces lois, toute profanation du Coran est considérée comme une offense et punie par la prison, tandis que toute insulte envers le prophète Mahomet est passible de la peine capitale.
Selon le P. Paulus, certains musulmans prennent prétexte d'insultes supposées envers le prophète ou de profanations du Coran, en se fondant sur leurs propres témoignages, pour s'approprier les biens des chrétiens.
 
 
 
Saïd Musa est libre
LETTRE
À l'Église internationale du monde et au Frère Président Barak Obama des États-Unis et à la Force d'Assistance de Sécurité internationale en Afghanistan!
Mon nom est Said Musa 45 ans. J'ai travaillé pendant 15 ans comme un Physiothérapeute au centre orthopédique de l’ICRC [le Comité international de la Croix-Rouge] à Kaboul, Afghanistan.
Il y a environ quatre mois et demi j'ai été capturé par la force de sécurité de l'Afghanistan en raison de ma foi au Seigneur Jésus Christ, le Sauveur du monde. Une personne ____ qui est l'espion de ____ un chef de l’Afghanistan. Celui-ci a répété de moi aux fonctionnaires du Gouvernement, "Il est croyant, Il est à la tête d'une église à ____".
Il a montré ma maison aux forces de sécurité. Depuis ce temps-là je suis en prison. L'autorité et les prisonniers dans la prison ont eu beaucoup de mauvais comportement à mon égard en raison de ma foi dans Le Seigneur Jésus Christ. Par exemple, ils ont fait des choses sexuelles avec moi, m'ont battu avec des bâtons, aux mains, aux jambes, ont mis plusieurs choses sur ma tête, se s'ont moqué de moi en disant « Il est Jésus Christ », ils ont craché sur moi, personne ne me laisse pendant la nuit et le jour. Chaque personne a craché sur moi et m'a battu. Le procureur a aussi écrit quelque chose de faux contre moi. Il a dit lui-même des choses fausses contre moi sur mon dossier.
Il stimule chaque jour les prisonniers contre moi : "Il est en prison car c’est un espion iranien" afin de révéler l’Église à Kaboul Je suis dans une très, et  très mauvaise condition dans la prison.
J'accepte le long emprisonnement pour ma foi même pour toute ma vie. Parce que je suis le plus pécheur du monde. Parce qu’ils m’ont menacé de mort, j’ai parfois renié ma foi à cause de la mort. Parfois je tolère la persécution, je reconnais toujours mon péché devant le Christ : "Ne me refuse pas devant tes Saints anges et devant ton Père". Parce que je suis homme très très faible et coupable.
Personne ne pourrait accepter ma défense devant la cour de justice. Si je dis que je suis un homme Chrétien ils crachent sur moi et abusent de moi et se moquent de moi! Je suis seul avec 400 maitres terribles dans la prison comme un mouton. S'il vous plaît, s'il vous plaît, par le Seigneur Jésus Christ aidez-moi. Envoyez s'il vous plaît une personne qui pourrait superviser mon document et mon dossier. Mon procureur a dit au juge que quelque chose de faux parce qu'il a demandé de l'argent mais j'ai refusé sa demande. S'il vous plaît, s'il vous plaît vous devriez me transférer de cette prison à une prison qui supervise les croyants. J'accepte aussi la mort sur la Croix de ma fierté. J'approuve aussi le sacrifice de ma vie en public, je dirai la foi dans le Le Seigneur Jésus Christ Fils de Dieu et d'autres croyants prendront courage et seront forts dans leur foi. Cent pour cent je suis ferme à ma parole. J'ai une famille de sept - une femme, trois filles et trois fils. Mon grand fils a environ huit ans. Une de mes filles ne peut pas parler, elle a quelques problèmes mentaux.
C'est une demande que je fais partout dans le monde, aidez-moi s'il vous plaît. Je ne peux avoir personne pour m'aider. Pour l'Amour du Seigneur Jésus Christ priez s'il vous plaît et aidez-moi tout de suite et sauvez-moi de cette prison. Autrement, ils me tueront, parce que je sais qu'ils sont très très très cruels et ont le cœur dur!
Votre frère indigent dans le monde.
S'il vous plaît mon écriture anglaise n'est pas bonne. Si j'ai fait une faute pardonnez-moi s'il vous plaît!
De la prison provinciale de Kaboul.

Le manuscrit de la lettre de Said Musa.
Absolument PERSONNE n'en parle dans la presse française. Cette lettre est pourtant parue dans la presse américaine (par exemple dans le National Catholic Register). La seule version disponible en français est une mauvaise traduction se trouvant sur un forum pour dames (et maintenant celle-ci, sur le blogue Fides et Ratio). Faudra-t-il attendre qu'il soit mort? Pour ma part, je suis confus devant mon manque de foi comparé à celle de cet homme. Je ne peux que prier pour lui, et souhaiter avoir le même courage dans la proclamation du Christ.
Saïd Musa est libre
 
Lévêque d'alger ,mr teissier,celui qui s'opposa durant plus de 40ans à l'accueil des amazighs chretiens et refusa l'évangile AUX DESCENDANTS DE SAINT AUGUSTIN les amazighs(bérbéres) dits algériens ,vient d'être décoré par la francarabie,légion d'honneur en france et les félicitations de l'islamiste belkhadem et de son mentor boutef!
Avant de rejoindre sa retraite dorée sous le soleil,il a encore persisté et signé en déclarant ,sans aucune gêne,qu'il est fier d'avoir sauvegarder son eglise du prosélytisme en respectant l'islam contrairement aux évangélistes !
No comment!
mais la vérité ,chers soeurs et fréres de notre dame de kabylie doit être dite,ce monsieur a tout fait pour FERMER LES PORTES DE L'EGLISE CATHOLIQUE AUX descendants de saint augustin,qui dans ses confessions revendiquait sa langue TAMAZIGHT(le bérbére) en disant "...J'IGNORAIS LE LATIN AU BERCEAU.." ,LE PERE DE L'EGLISE LATINE,COMME aime à le dire sa sainté le pape,NOUS LES ENFANTS DE TAMAZGHA (afrique du nord),fille aînée de l'église,hé oui depuis TERTULLIEN LE BERBERE,1é siécle,NOUS N'AVONS PAS LA MEMOIRE COURTE!
compliments à ma soeur taos!
 



On peut la trouver sur le site "Afrique du nord.com",dont voici le lien:
http://www.afrique-du-nord.com/article.php3?id_article=1189
Bou Andas est en Kabylie oriental, dans la Wilaya (département) de Sétif.
 Mais hélas c'est dans l'ensemble de l'Algérie que la persécution est décretée: voir cet autre lien:
 http://collectifalgerie.free.fr/fr/?p=224#more-224
 
Abdelaziz Belkhadem,le 1é ministre de bouteflika,léve le doute ,en affirmant jeudi que «la société algérienne» a pour Constitution «le Coran» !

Dans une allocution prononcée à l’occasion du lancement de la «Caravane des chevaliers du Saint Coran», le chef du gouvernement a déclaré : «La société algérienne s’est attachée au Saint Coran depuis qu’elle a embrassé l’Islam (…) le Coran représente sa Constitution qu’elle n’acceptera point de changer.»

Par cette déclaration, le chef de l’Exécutif et secrétaire général du FLN s’aligne sur les thèses développées par les partis islamiques et suggère d’adopter la charia pour l’Algérie.C’est sa façon, aussi, de répondre à l’affaire Habiba, du nom de de la jeune femme de Tiaret menacée de prison pour avoir choisi de se convertir au christianisme.
Christ protégez notre TERRE SAINTE KABYLIE et LA TERRE AMAZIGH(bérbére) en général.