chrétiens sont les victimes

De nombreuses fois Benoît XVI a dénoncé les violences dont, de façon répétitive, les chrétiens sont les victimes. Le "Synode de l'Eglise Catholique au Moyen Orient" (du 10 au 24 octobre 2010) sera en partie consacré à ce sujet. Dans son discours au premier Séminaire organisé par le Forum Catholique-Musulman organisé par le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux, le Saint Père déclarait: "La discrimination et la violence dont aujourd'hui encore les communautés religieuses font l'expérience à travers le monde, et les persécutions souvent violentes dont elles sont l'objet, représentent des actes inacceptables et injustifiables, et bien plus graves et déplorables quand ils sont perpétrés au nom de Dieu. Le nom de Dieu ne peut être qu'un nom de paix et de fraternité, de justice et d'amour". Le dimanche 10 janvier 2010, après la récitation de la prière de l'angélus, Benoît XVI s'est de nouveau exprimé sur ce sujet: "La violence envers les chrétiens dans certains pays a suscité une grande indignation, aussi parce qu'elle s'est déroulée au cours des jours les plus sacrés de la tradition chrétienne. Les institutions politiques et religieuses ne doivent pas renoncer, je le rappelle, à leurs responsabilités. Il ne peut y avoir de violence au nom de Dieu, et on ne peut pas davantage prétendre l'honorer en offensant la dignité et la liberté de ses semblables".
Ici "violence au nom de Dieu" cible de façon claire les pays à majorité musulmane. A ce sujet, l’Association protestante "Portes Ouvertes" vient de publier son Index 2010 des persécutions des chrétiens dans le monde http://www.portesouvertes.fr/informer/index_persecution.php. Sur les 10 premiers pays de l’Index, 8 ont des régimes islamiques. Et sur les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés, 35 sont des pays où l’islam est majoritaire. Dans les pays qui ont un régime islamique, le degré de persécution contre les chrétiens a généralement augmenté ces dernières années, ceci d'autant plus que le christianisme se répand. Avec un hindouisme de plus en plus antichrétien, l'Inde et le Sri Laka figurent dans cette triste liste (massacres, maisons et églises incendiées).
Selon http://www.christianpersecution.info/index.php?view=7393, l'année dernière a été la pire période de persécution de la dernière décennie contre les chrétiens au Pakistan. Elle a été marquée par des arrestations (grâce à la loi contre le blasphème), détentions, des agressions individuelles, ou communautaires, qui auraient tué environ 130 chrétiens dans tout le pays islamique. De son côté un rapport de l'Aide à l'Église en Détresse (AED) note que 80% des persécutions religieuses dans le monde frappent les Chrétiens, dont un très grand nombre ne peut pas pratiquer librement sa religion. L'un des auteurs du rapport de l'AED, Berthold Pelster écrit que les idéologies religieuses qui n'acceptent qu'une seule religion (allusion à l'islam) sont à l'origine de nombreuses violences contre les Chrétiens en 2009, ceci au Pakistan, en Égypte, en Indonésie, en Malaisie, et au Nigeria, trois régions majoritairement musulmanes. Selon le professeur Thomas Schirrmacher, directeur de la Commission sur la liberté religieuse de l’Alliance évangélique allemande, plusieurs dizaines de milliers de chrétiens sont tués chaque année à cause de leur foi. Il note que beaucoup de responsables chrétiens craignent souvent d’aborder la persécution, et la discrimination des chrétiens, dans les pays islamiques par crainte que cela mette en péril le dialogue interreligieux.
Sur ce sujet "les institutions politiques", que Benoît XVI rappelle à leurs responsabilités, si promptes à s'émouvoir à la moindre atteinte aux droits de l'homme, restent étrangement muettes. Il en est de même de la majorité des grands médias. Mais le silence des "institutions religieuses" est une source de bien douloureuses interrogations. Certes à titre individuel des responsables religieux se sont exprimés dont:
- Mgr Ginoux, évêque de Montauban: "Mais comment pourrions-nous abandonner nos frères? Aimons-les, prions pour eux, soutenons-les et regardons-les comme le visage du Christ crucifié",
http://notredamedekabylie.net/Accueil/Informations/tabid/82/articleType/ArticleView/articleId/549/Des-voix-selevent-pour-denoncer-la-persecution-des-chretiens.aspx
- le cardinal Jean-Pierre Ricard (21/06/07) alors président de la Conférence des évêques de France: "Les nouvelles qui nous parviennent d’Irak, jour après jour, manifestent l’extension de la violence armée avec son cortège de meurtres, de souffrances, de drames humains. Toute la population est ainsi victime de cette situation dramatique, mais celle des chrétiens l’est tout particulièrement. On estime qu’en deux ans la moitié des chrétiens a du quitter le pays pour se réfugier dans les pays voisins. Les enlèvements, les attentats, les meurtres de chrétiens se succèdent."
- le cardinal Barbarin dans un message du 09/01/2010 à sa Sainteté le Pape Shenouda, à la suite des récentes attaques contre les coptes orthodoxes en Egypte (cf. page 2).
Cependant sur le site de la Conférence des évêques de France http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/textes-et-declarations.html on ne trouve aucun texte qui condamne explicitement les violences antichrétiennes, avec leurs origines. Il en est de même pour le Service des Relations avec l'islam (SRI), et les structures diocésaines, ou nationales, vouées au dialogue islamo-chrétien. Alors qu'en plein mois de ramadan 2009, dans pratiquement tous les pays majoritairement musulmans, les persécutions antichrétiennes se sont amplifiées, comme par exemple au Pakistan et en Egypte, n'y avait-il pas là l'occasion de demander aux autorités, et organisations musulmanes, de notre pays de s’y intéresser? Les médias occidentaux n'ont pas manqué d'expliquer le sens de ce mois de jeûne, présenté comme un temps de partage et de dialogue, ce que les religieux musulmans aiment souligner. On comprend que, dans certains pays, beaucoup de musulmans modérés se taisent par peur d'être victimes des islamistes. Mais on ne comprend pas le silence des chrétiens, ni celui des musulmans, qui vivent dans des pays où ils peuvent exercer le droit de s'exprimer.
Sur le site http://www.france-catholique.fr/Dans-le-dialogue-avec-l-islam-le.html, et sous le titre "Dans le dialogue avec l'islam: le tabou levé ou le silence récidivé?" (15/01/2010), après avoir évoqué "le black-out total de l’épiscopat français sur la persécution communiste, pendant des années", le père Daniel-Ange s'exprime ainsi: "J’ose poser la question politiquement, ecclésialement très incorrecte: ne recommençons nous pas, avec la persécution islamique? Voici quatre ans, un document de la Conférence épiscopale, remarquable par ailleurs, validé par l’Assemblée plénière à Lourdes, abordait tous les aspects du dialogue. Je n’y ai pas trouvé une allusion à cette violence islamique antichrétienne".
Par contraste, quand on voit que ce sont des athées militants qui dénoncent les persécutions des chrétiens, et le silence de l'Eglise, en manifestant une réelle compassion pour les victimes, ce silence des institutions catholiques pose une terrible question: celle d'une manifestation du mystère d'iniquité??? (cf. le commentaire de la seconde lettre de saint Paul aux Thessaloniciens par Saint Thomas d'Acquin). Cet impensable engagement d'athées est donné sur le site "Riposte laïque":
http://www.ripostelaique.com/La-persecution-des-chretiens.html
où Lucette Jeanpierre, dans une recension du livre de Raphaël Delpard (lui-même athée) "La persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde" (Ed. Michel Lafon) dit:
"Tous les moyens sont bons pour les faire abjurer leur foi, y compris le viol collectif, sorte de viol idéologique, dans les pays musulmans.
L’auteur consacre un chapitre complet à la dhimmitude, et une longue partie de son témoignage évoque la situation en Algérie, pays qui, manifestement, lui tient à cœur. On ne peut lire un tel ouvrage sans être profondément troublé par le silence qui accompagne ces violences inacceptables, ces meurtres, ces viols, ces actes de barbarie. Silence de l’Eglise catholique, silence des hommes politiques de droite comme de gauche.
On reste confondu, après avoir lu ce livre, par l’arrogance des musulmans, dans les pays européens, et en France, quand ils réclament des droits démocratiques pour leur religion, et qu’ils éradiquent, avec des moyens barbares, toute autre religion, et toute autre pensée, quand ils en ont les moyens".
Dans ce livre Raphaël Delpard lance un cri douloureux: "Les chrétiens sont en danger. Cela n'a rien d'un effet d'annonce. En 2009, c'est une insupportable réalité". Pour lui ces drames, occultés "par le silence des nations", se déroulent très majoritairement dans des pays musulmans: "On ne peut pas faire comme si le problème n'existait pas et détourner les yeux".
Le contraste avec le silence d'institutions catholiques s'accentue avec cette exhortation qu'un leader musulman, le Sheikh Dr Muhammad Al-Hussaini, adresse aux responsables chrétiens (http://www.christianweek.org/stories.php?id=661&cat=record):
"Un leader musulman britannique exhorte les chrétiens à être beaucoup plus fermes en ce qui concerne le sort des chrétiens dans les nations musulmanes. Dr. Mohammed Al Hussaini dit que la persécution des chrétiens s'amplifie parce que la hiérarchie de l'Eglise ne s'en soucie pas. "Les chrétiens persécutés ne sont ni «blancs, ni de riches" et les chrétiens blancs les ignorent. Nous ne pouvons compter sur la communauté musulmane, dit-il, en s'insurgeant contre les injustices des musulmans vis à vis des minorités chrétiennes. C'est pourquoi il exhorte les responsables chrétiens à agir auprès des dirigeants musulmans du monde entier".
Le site http://www.ccfon.org/view.php?id=825 reproduit de plus larges extraits de ce qu'a dit Mohammed Al Hussaini, avec des commentaires. Dans le cadre de son appel à l'Eglise pour qu'elle soit une voix pour les minorités persécutées, il dit en particulier:: "Au moindre événement débutant à Gaza ou en Cisjordanie, nous, musulmans, pouvons absolument compter sur des manifestations massives dans les villes musulmanes de Jakarta à Tombouctou. Dans le cas des minorités chrétiennes persécutées (horribles attaques à la machette au Nigeria, des chrétiens en Irak sont brûlés hors de leurs maisons, des chrétiens au Pakistan sont lapidés, ou agressés, sous le moindre prétexte, des chrétiens en Palestine souffrent sous l'occupation israélienne) la réaction est tout au plus une simple pleurnicherie".
En effet, il n'est pas illogique de penser que l'absence de réaction des "institutions politiques et religieuses" ne peut être qu'interpréter comme un encouragement à la passivité des autorités politiques, et de la police, dans les pays où sévit la persécution.
Mgr Santier, Président du Conseil pour les relations interreligieuses de la Conférence des évêques de France, a une analyse différente dans un communiqué (01/02/2010) traitant des débats autour de l'affaire du "voile intégral":
"Si nous voulons que les chrétiens en situation de minorité dans les pays à majorité musulmane disposent de tous leurs droits, nous devons dans notre pays respecter les droits de tous les croyants à l’exercice de leur culte. Le dialogue en vérité entre croyants permet de dépasser les méfiances réciproques. Le chemin sera long et exigeant. La voie du respect mutuel permettra d’améliorer le vivre ensemble dans notre pays". Cf.
http://notredamedekabylie.net/Accueil/Informations/tabid/82/articleType/ArticleView/articleId/549/PageID/587/Des-voix-selevent-pour-denoncer-la-persecution-des-chretiens.aspx
Il semble que dans notre pays les droits des musulmans soient particulièrement bien respectés. C'est le cas du financement indirect de lieux de culte par des municipalités, ou des collectivités locales. Dans la plupart des cantines le porc a été supprimé, dans certaines la viande hallal pour tous a été adoptée dans le but de simplifier leur gestion (avec des chances de généralisation à moyen terme), la taxe religieuse liée à ce service contribuant ainsi au fonctionnement des mosquées. En outre on peut noter que Mohammed Moussaoui, président du CFCM a pu chanter à Notre-Dame de Paris, librement et sans réaction, la sourate 1 "Al-Fâtiha" du Coran lors de la cérémonie interreligieuse du 03/06/2009 pour les victimes de l'accident du vol Rio de Janeiro-Paris AF 447, selon le journal "La Croix" (cf. http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2375412&rubId=788). Ceci bien que le verset 7 soit une injure aux chrétiens, qui sont les "égarés" de ce texte, les juifs étant ceux qui sont "l'objet du courroux" de Dieu. Notons que le terme "égarés" fait partie des 24 qualificatifs négatifs identifiant les chrétiens-associateurs [mouchrikoun leur péché étant irrémissible (shirk)]. Sur l'équivalence "égarés = chrétiens", la note 7 du livre "Le Coran" (Ed. Maisonneuve & Larose, 2005, page 29), traduit par Régis Blachère (islamologue très connu pour avoir produit la meilleure traduction du Coran), est très claire en disant qu'il s'agit d'une "Tradition que l'on fait remonter jusqu'au Prophète", i.e. ce qui est appelé hadiths, appartenant aux textes canoniques de l'islam. De son côté, lors de cette cérémonie, Mgr Vingt-Trois avait lu un extrait du Petit Prince de Saint-Exupéry.
Par contre la position des évêques d'Algérie rejoint celle du Dr. Mohammed Al Hussaini. Leur communiqué du 25/01/10 dit qu'ils "ont partagé leur grande peine à la suite du saccage et de l'incendie du lieu de culte de la communauté protestante Tafat, à Tizi-Ouzou. … Les évêques ont, à cette occasion, pris le temps d'analyser ensemble la situation préoccupante que vivent certains chrétiens algériens". Ils se disent "très inquiets des entraves mises, ici ou là, à la pratique du culte chrétien" et, "profondément attristés". Ils ne cachent pas "leur indignation devant la profanation de signes chrétiens, comme ils sont indignés lorsqu' ils apprennent que des signes de la religion musulmane sont profanés dans tel ou tel pays du monde". Ils font part de "leur compassion et leurs sentiments de fraternité à leurs frères et sœurs qui ont été agressés dans leur vie religieuse". A la suite de ce communiqué, un article d'El Khabar note que le Ministre des Affaires Religieuses accuse les évêques d’Algérie de servir des intérêts étrangers?
Le Père Christian Delorme, bien connu pour son engagement dans le dialogue islamo-chrétien, a une position nettement opposée, en insistant sur la nécessité "d'entendre ce que nous disent les autorités algériennes et une partie de la population", et en désapprouvant toute action évangélisatrice en Algérie. Cette position est exposée dans un article du quotidien Le Monde (4 juin 2008), intitulé "Non, l’Algérie n’est pas antichrétienne", avec l'extrait suivante: "L'Algérie n'est pas antichrétienne, il est nécessaire d'entendre ce que nous disent les autorités algériennes et une partie de la population à propos de ces musulmans algériens devenus chrétiens ; ce qui fait fondamentalement l'unité de l'Algérie, c'est son islamité ; ces conversions nous rappellent les méthodes des coloniaux; les chrétiens évangéliques agissent selon une stratégie américaine; enfin, il semble dangereux d'évangéliser en terre d'Islam car un peuple risque d'être déchiré". Cf. la réponse de l'abbé Loiseau sur:
http://notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/317/Une-reaction-a-larticle-du-Pere-Delorme-Non-lAlgerie-nest-pas-antichretienne.aspx **** Mise à jour du 12/02/2010**
Le Père Christian Delorme était l'un des invités du colloque international "Liberté du culte, entre législation divine et droit positif", organisé à Alger, les 10 et 11 février, par le Ministère des Affaires Religieuses, et non "Affaires Etrangères" comme l'annonçait le site "La Vie" http://www.lavie.fr//religion/vers-une-detente-pour-les-chretiens-en-algerie-09-02-2010-2985_10.php. Parmi les autres invités: le cardinal-archevêque de Lyon Philippe Barbarin, le pasteur Claude Baty, président de la Fédération Protestante de France, l'évêque de Créteil Mgr Michel Santier, le père Christophe Roucou, responsable des relations avec l'islam pour l'épiscopat français, le père Michel Lelong. Cependant l'agenda diocésain de Mgr Barbarin et Mgr Santier montre qu'ils n'ont pas assisté à ce colloque.
Le site du quotidien algérien indépendant "Le Soir d'Algérie" http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/02/11/article.php?sid=95547&cid=2 indique que l'archevêque d'Alger, Mgr BADER a demandé l'abrogation de l’ordonnance fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulman adoptée en 2006. Sous le titre "Ghoulamallah s’indigne des propos de Bader: La règlementation du culte relève des prérogatives de l’état!", le site http://www.echoroukonline.com/fra/index.php?news=5799 note la réaction du ministre "Le ministre des affaires religieuses et des waqfs, Abdallah Ghoulamallah a qualifié d’hommes sages, les évêques d’Alger d’avant et après l’indépendance qui n’ont jamais remis en question la réalité et les lois et ont été proches des algériens. « J’espère que l’archevêque qui nous vient d’un pays arabe tirera son enseignement de Teissier qui est encore vivant et lui demande conseil sur ce que les algériens peuvent admettre et ce qu’il n’admettent pas », a souligné le ministre".
Cette réaction du ministre pose la question du rôle attendu pour les invités à ce colloque. L'article le précise clairement: "Le congrès a conclu à la garantie de l’Algérie du respect de la liberté de conscience et la pratique du culte en toute franchise et honnêteté pour faire émerger les similitudes entre les religions, les cultures et les civilisations." Voir aussi: http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-02-11/72986.html, http://www.oecumene.radiovaticana.org/FR1/Articolo.asp?c=358210
Le quotidien "Le Soir d'Algérie" a souvent dénoncé les atteintes à la liberté religieuse en Algérie. C'est aussi le cas du quotidien "Liberté" http://www.liberte-algerie.com/index.php. L'article de Notre-Dame de Kabylie http://notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/310/Chapeau-bas-a-Mr-Soheib-BENCHEIKH.aspx donne un extrait de l'une de ces dénonciations.
* Fin de la mise à jour **
Appel à la prière pour les persécutés chrétiens, membres du corps de Christ
Ce type d'appel est exceptionnel en France sur les sites catholiques officiels, comme celui de Mgr Ginoux, évêque de Montauban: "Mais comment pourrions-nous abandonner nos frères? Aimons-les, prions pour eux, soutenons-les et regardons-les comme le visage du Christ crucifié". Les intentions de prières sont nombreuses, mais restent liées à des notions qui restent abstraites pour la plupart des fidèles: la paix, la justice, l'entente entre les peuples, les droits des sans papiers, l'accueil, etc. Mais les faits concrets de persécutions sont absents. On oublie ces passages du Nouveau Testament:
- "Pierre était gardé en prison tandis que l'Eglise priait Dieu pour lui ardemment" Actes 12; 5.
- "Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez dans les liens avec eux, de ceux qui sont maltraités, vous aussi qui avez un corps." (Hébreux 13:3).
Aujourd'hui non seulement Pierre est en prison, mais des membres de sa famille sont torturés, massacrés, les jeunes filles enlevées, violées. Dans les contrées des premières Eglises du Christianisme, les chrétiens victimes d'un nettoyage religieux sont contraints à l'exil. Dans l'indifférence la plus totale le christianisme disparait progressivement de ces régions. Où sont les "ardentes prières" de leurs frères? On les cherche dans les intentions de prières dites chaque dimanche dans les églises catholiques, sur les sites des diocèses (sauf de rares exceptions). Quand il est question de "persécutions", elles sont mentionnées sous forme floue, comme les "Intentions de prière 1er trimestre 2010, confiées par Monseigneur Lucien Fruchaud, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier" http://saintbrieuc-treguier.catholique.fr/Intentions-de-priere-1er-trimestre,2059:
"Dans son message adressé en ce début d’année 2010, le Pape Benoît XVI nous invite à nouveau à prier pour la paix dans le monde. C’était déjà la grande prière de Jésus au cours de sa vie publique. C’était le souhait destiné à ses disciples quand il les rencontrait après sa résurrection « La paix soit avec vous. » Dans ce monde encore très troublé, alors que des guerres, des attentats, des luttes ethniques, des persécutions éclatent chaque jour un peu partout, le Saint-Père le Pape nous invite à être des bâtisseurs de paix là où nous nous trouvons.
Prions pour que la volonté de construire la paix grandisse dans le cœur de tous les hommes. Prions pour que tout désir de violence, de haine, de supériorité, de vengeance, s’éloigne du cœur de chacun et que tous nous devenions des bâtisseurs de paix. Prions pour que nous parvenions tous, avec la grâce de Dieu, à pardonner même et surtout à ceux qui nous ont gravement offensés".
En tant que réponse au message de Benoît XVI du10 janvier 2010, est-ce qu'un texte aussi inconsistant peut vraiment sensibiliser les fidèles à l'ampleur des atroces persécutions des chrétiens dans le monde, et à leur progression continuelle? (cf. la page 2)
Peut-il provoquer un flot de prières pour les persécutés?
Les fidèles se sentent-ils ainsi dans "les liens avec eux et maltraités dans leur corps"(Hébreux 13:3)?
Est-il motivé par le désir de préserver le dialogue islamo-chrétien?
"Persécutions": lesquelles? En quel nom?
"Un peu partout": où?
Est-ce là une "ardente prière"? (Actes 12; 5)
C'est ainsi que nos frères chrétiens persécutés se sentent totalement abandonnés par les institutions religieuses catholiques. Ce qui n'est pas le cas des institutions protestantes, plus particulièrement les évangéliques, avec l'organisation de journées et semaines de prières pour les martyrs chrétiens. A ce sujet on peut lire sur le site http://www.christianweek.org/stories.php?id=686 "Les Canadiens se sont réunis avec les chrétiens venus de 130 pays du monde entier le 8 novembre 2009, afin de prier pour leurs soeurs et frères persécutés dans le monde. «Nous avons besoin de prier pour l'Eglise persécutée. Nous faisons partie du même corps, Celui du Christ. Nous faisons partie de la même famille», explique Greg Musselman de La Voix des Martyrs (VOM) (http://www.persecution.net/). VOM coordonne la Journée internationale de prière pour l'Église persécutée au Canada, en partenariat avec Open Doors, Intercede International, International Christian Response et l'Alliance évangélique du Canada".
Via Google les mots clés "christians persecuted prayers days" conduisent à 1.020.000 liens. Par exemple "International Day of Prayer for the Persecuted Church – 2009" http://www.idop.org/
SUITE PAGE 2 "Persécutions des chrétiens en 2009-janvier 2010: un effrayant bilan"
 alleluia
 alleluia
8 alleluia

Le 21 juin le site canadien
http://pointdebasculecanada.ca/spip.php?breve626
a fait paraître un article intitulé " Irak - Nettoyage ethnique des enfants chrétiens sont crucifiés pour inciter leurs parents à quitter le pays", traduction du texte plus complet en anglais (publié par Jennifer Green, dans "The Ottawa Citizen"):
http://www.canada.com/ottawacitizen/news/story.html?id=e7649576-0ebe-4b4f-b803-9a2c64449c41
Le texte français est reproduit ci-dessous.

"Des militants musulmans crucifient des enfants pour terroriser leurs parents chrétiens et les inciter à fuir l’Irak, s’est fait dire hier un comité parlementaire qui étudie la persécution des minorités religieuses.
Depuis le début de la guerre en 2003, environ 12 enfants, certains âgés d’à peine 10 ans, ont été enlevés et tués, puis cloués sur des croix de fortune près de chez eux pour terrifier et tourmenter leurs parents.
Le comité a été informé qu’un enfant a été arraché, décapité, brûlé et laissé sur le pas de la porte de sa mère.
Filham Isaac, parlant au nom du Comité de défense des intérêts Ninive, a déclaré au comité des droits de l’homme que les églises chrétiennes d’Irak ont été bombardées, des membres du clergé assassinés et les femmes dévoilées ont été violées ou marquées à l’acide.
Cela fait partie d’une campagne systémique - et très efficace - de nettoyage ethnique des non-musulmans de la région, dit-il. Les chrétiens chaldéens et assyriens, connus sous le nom de Assyro-Chaldéens, ont été autrefois la plus grande minorité chrétienne en Irak. Ils sont aussi les plus anciens, étant les descendants des anciens Mésopotamiens qui ont adopté le christianisme au premier siècle.
L’Eglise catholique chaldéenne, l’Église syro-catholique, l’Église syriaque orthodoxe et l’Église d’Orient sont parmi les églises chrétiennes en Irak.
Aujourd’hui, environ 300 000 chrétiens, ou un sur trois, sont réfugiés, a-t-il déclaré.
« C’est à un point de crise », a dit par la suite Zaya Oshana, collègue de M. Isaac. « Les chrétiens seront complètement anéantis ».
Pourtant, les Assyro-Chaldéens ne veulent pas quitter leur pays en masse.
Au lieu de cela, ils demandent de l’aide pour habiter les plaines de Ninive, dans le nord-ouest de l’Irak, où ils peuvent avoir une certaine indépendance et former leur propre État. La terre est riche, et il pourrait aussi y avoir du pétrole.
Il y a un certain soutien aux Etats-Unis et en Europe pour cette zone indépendante, et les actualités internationales indiquent que plus de 700 officiers de police ont commencé une formation pour protéger les chrétiens en Irak, mais un autre 4000 serait nécessaire pour sécuriser pleinement la région et établir des postes de contrôle sur toutes les autoroutes et les routes menant dans les villages."
 alleluia
 alleluia
8 alleluia

Que dire sur ce livre? sinon qu'il faut le lire.
Voici un témoignage de plus que, si on peut trouver des musulmans bienveillants et tolérants, par leur nature humaine, il n'en est pas de même de l'Islam qui est fondamentalement idéologique et sectaire, au sens où il ne permet pas à ses membres de l'abandonner.
Les éditions de l'oeuvre ont dû être prises de court car, sorti le 18 mars, il est déjà épuisé. Mais d'autres tirages sont attendus.
Quant "au prix à payer" pour l'acquérir c'est dérisoire: 18€
Voici le résumé du livre qu'en donne l'éditeur:
Joseph FADELLE

Mohammed Moussaoui, jeune Irakien, fils aîné d’une grande famille chiite, se destine à la vie aisée d’un homme d’affaires. Sa voie est toute tracée. À 23 ans, il ne peut plus échapper au service militaire qu’impose à l’époque le régime de Saddam Hussein. Son voisin de chambrée, Massoud, est chrétien. Entre les deux jeunes gens se noue une amitié paradoxale, qui n’exclut pas le débat idéologique et religieux. Étonné par la foi douce et vivante de Massoud, Mohammed cherche à la soumettre à la critique. Mais Massoud est prudent, et c’est Mohammed qui va revenir transformé à la maison. Il désire devenir chrétien. Obligé de se cacher pour vivre sa foi, sa famille finit par découvrir son secret. Une fatwa est lancée contre lui. Emprisonné, battu, banni par les siens, Mohammed quitte l’Irak pour la Jordanie. Retrouvé à Amman par ses frères et son oncle, il échappe par miracle à la mort. Leurs balles, tirées à bout portant, le blessent mais ne le tuent pas.

En lisant l’histoire de Mohammed devenu Joseph au péril de sa vie, on ne peut s’empêcher de se souvenir de ce passage de l’Évangile de Luc « Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. »
=========================== du 5/06/2010 ===============
Cette vidéo sur KTO, émission d'une 1H30, qui concerne Joseph Fadelle à partir de la 52 ème minute, pour celles et ceux qui ne veulent pas tout écouter.
 alleluia
 alleluia
8 alleluia

 L'article original est du site Aafaq.org, transmis et traduit par le site MediaArabe.info, signalé par notre soeur Nicole M. (merci à elle pour sa vigilance).
La jeune femme s'appelle Fatima Bint Mohammed Ben Othman Al-Matiri (26 ans): ayant eu une discussion avec sa mère et son frère, elle a défendu Jésus Christ. Son frère a découvert sur son ordinateur des textes qu’elle avait écrits concernant sa nouvelle religion, et des louanges au Christ.
"La jeune Fatima participait, sous plusieurs pseudonymes, à des forums de Chrétiens et de néo-convertis, notamment des Coptes. Elle défendait « la liberté religieuse et de la foi », critiquant l’islam et son hégémonie.
C'est ainsi qu'elle a comparé le Christ au Prophète Mohammed, louant les prêches pacifiques de Jésus et dénonçant la vie controversée de Mahomet... Son frère, membre de la milice islamique, n’a pas supporté le comportement de sa sœur. Il s’est alors acharné sur sa victime, ne lui laissant aucune chance de survie.
Peu avant son meurtre, et en apprenant que son cas venait d’être dévoilé, la jeune Fatima avait écrit son dernier message au forum des « Chrétiens arabes », faisant état de sa peur. Mais elle a rassuré ses lecteurs que « Jésus était sa lumière et sera son compagnon », et qu’elle ne craignait rien. De ce fait, Fatima aura été la « première martyre chrétienne d’Arabie saoudite ».
Si la date de cet assassinat n’est pas précisée, il n’en demeure pas moins que l’assassin est actuellement en détention, et les autorités tentent d’étouffer l’affaire par crainte de la réaction de l’opinion internationale. En effet, de telles révélations sont dommageables et l’image de l’Arabie saoudite pourrait en pâtir si la communauté internationale s’emparait de ce meurtre. Les proches de la victime tentent de leur côté de présenter le meurtre comme une affaire de mœurs. Mais le fait que plusieurs sites internet s’en soient emparés risque de porter préjudice au pouvoir saoudien et à l’institution religieuse. Les wahhabites, qui financent les conversions à l’islam à travers le monde, et notamment en Europe (religion du pardon et de la miséricorde, disent-ils), et qui défendent le droit des musulmans dans les pays non-islamiques, ont une autre vision du pardon et de la miséricorde et l’applique avec le sabre dans leur propre pays et au sein de leurs familles. Un bel exemple de piété.
Traduction et synthèse de Randa Al Fayçal
 Un hommage vidéo a été fait l'année d'aprés: il est en 2ème page.
 alleluia
 alleluia
9 alleluia

1- Introduction [http://www.notredamedekabylie.net/Pers%C3%A9cutions/tabid/92/articleType/ArticleView/articleId/281/Pere-Zakaria-Boutros-ennemi-public-n-1-de-lIslam.aspx]
Le journal arabe al-Insan al-Jadid a qualifié "d'ennemi public n° 1 de l'Islam" le Père copte égyptien Zakaria Boutros. La rubrique "Réponses chrétiennes aux objections musulmanes"du site "Notre-Dame de Kabylie" reproduit la traduction de certains des textes les plus marquants de ce prêtre. Leur connaissance est essentielle pour tous ceux qui sont impliqués dans le dialogue islamo-chrétien.
Ce document a un autre objet. Il est centré sur deux articles, parus en anglais, qui permettent de mieux situer l'action du Père Zakaria, et ses résultats dans le domaine de l'évangélisation des musulmans, démarche malheureusement abandonnée par une partie de l'Eglise catholique. Le paragraphe "Raison d'être de l'association" de la rubrique "Objectifs" du site "Notre-Dame de Kabylie" mentionne cette douloureuse situation, "l'insidieuse confusion" de certains discours, et le dévoiement du dialogue islamo-chrétien. Cette question est aussi abordée dans
http://www.notredamedekabylie.net/AwalExpression/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/224/Default.aspx
La traduction en français de ces deux articles constitue donc un complément d'information pour les textes de la rubrique "Réponses chrétiennes aux objections musulmanes", en permettant d'identifier à travers eux la pédagogie du Père Zakaria.
2- L'article de CWN (Christian World News)
Cet article est disponible en anglais sur
http://www.cbn.com/cbnnews/cwn/092906zakaria.aspx
La traduction est donnée ci-après.
"Cinquante cinq années d'étude de l'islam ont fait du Père Zakaria Boutros un expert de cette religion, lui donnant l'autorité d'en discuter tous ses aspects. Prêtre modeste, plein de douceur. son message "Paroles de vérité", diffusé dans le Moyen Orient par satellite par la station Al-Hiyat, ébranle le monde musulman.
Dans cette émission de télévision, il met au défi les musulmans d'examiner ce qu'il appelle les contradictions de la doctrine islamique, contradictions que les leaders religieux ne tiennent pas à dévoiler, et que le musulman de base ne peut comprendre. A ce sujet il dit: "L'Islam ne peut supporter le questionnement intellectuel, et en raison des contradictions du Coran, de celles des hadiths, de doctrines erronées, personne ne peut comprendre. C'est pourquoi sur ces points il rejette les questions et toute étude. "C'est l'Islam vous devez l'accepter tel qu'il est", de peur d'être assassiné", dit le Père Zakaria.
Sans cesse le Père Zakaria met en cause l'enseignement de l'Islam. Il conteste aussi le Prophète Mohammed lui-même, dont la pensée est essentiellement axée sur des préoccupations matérielles, terrestres. "Où est le royaume de Dieu, la gloire de Dieu, Son Amour pour chaque homme, le salut? Quelle est la mission d'un vrai Prophète de Dieu?"
Les émissions du Père Zakaria ont soulevé la violente colère du monde musulman. Sa tête est mise à prix pour 60 millions de dollars. A ceci il répond que ses exposés provocants sont pour les musulmans une incitation à une étude approfondie de leur foi. "Ma méthode: brièveté, précision, choc pour l'inconscient".
Ce fut le cas de James, un égyptien qui commença à regarder "Paroles de vérité", tard la nuit, quand sa famille dormait. "Quand la première fois j'ai vu cette émission, j'ai été très en colère contre le Père. En revanche, j'ai voulu contester ses affirmations". Dans ce but il commença à étudier le Coran et la Bible pour réfuter les exposés du Père, ce qu'il a amené à apprendre davantage sur le christianisme et l'islam. "J'ai été conduit à réfléchir sur de nombreuses questions, qu'auparavant je ne m'étais jamais posées. Ma compréhension a changé, et les choses sont devenues claires pour moi".
James vint à la foi en Jésus-Christ en regardant les émissions du Père Zakaria. Son épouse Marie le suivit peu après. A ce sujet elle dit: "j'ai pris conscience du fait que l'Islam est une fausse religion. Au contact de la vérité, le voile qui obscurcissait mon intelligence s'est déchiré. Je me suis senti libre. J'ai été libérée. La vie est une relation directe entre nous et le Christ. Le Christ est la vie".
Le Père Zakaria dit que le monde est plein de personnes telles que James et Marie. Des milliers de musulmans visitent son site Web "Pal Talk" chaque mois. Ils viennent pour contester l'enseignement du Père, et peu à peu acquièrent la connaissance de Jésus-Christ et de son message d'amour.".
Le Père Zakaria Boutros a converti plus de 500 musulmans, pour une bonne part des religieux (imans, mollahs, prêcheurs et missionnaires du Dawa'h), le Dr Muhammad Rahoumy ancien doyen de l'université islamique Al Azhar, et ceux qui, par une démarche purement intellectuelle, ont voulu contester ses arguments. Plus de détails, avec le nom des convertis, sont donnés dans:
http://www.dailymotion.com/relevance/search/christianity/video/x20csh_muslim-clerics-convert-to-christian Emprisonné en 1980, il s'est exilé aux USA.
3- L'article de Raymond Ibrahim: "le Père Zakaria Boutros combat le feu par le feu"
Cet article en anglais est disponible sur:
http://article.nationalreview.com/?q=NTUwY2QyNjA0NjcwMjExMzI2ZmJiZTEzN2U1YjYyZjE#more
La traduction est donnée ci-après.
"Peu connu dans le monde occidental, le prêtre copte Zakaria Boutros, qualifié du titre "ennemi public n° 1 de l'Islam" par le journal arabe al-Insan al-Jadid, provoque de vives réactions dans le monde islamique. Avec des amis missionnaires, principalement des musulmans convertis, il apparaît souvent sur la chaîne satellite arabe Al-Hayat (i.e., "Life TV"). Là, il traite de sujets théologiques controversés, libérés de la censure imposée par les autorités islamistes, ou auto-imposée par crainte des réactions de foules fanatiques, telles celles qui ont fulminé contre la fameuse caricature de Mohammed. Les commentaires de Boutros sur des aspects peu connus, et gênants de la loi et de la tradition islamiques, sont devenus une épine plantée dans le pied des responsables islamiques de tout le Moyen Orient.
Boutros est une figure inhabituelle sur les écrans de télévision: vêtu d'une soutane, avec une énorme croix autour du cou, il siège avec le Coran et la Bible à portée de la main. Les coptes égyptiens appartiennent à l'une des plus anciennes communautés chrétiennes du Moyen Orient. A bien des égards ils personnifient l'avilissante institution islamique de la "dhimmitude", qui exige la soumission et l'humiliation des non musulmans, conformément au Coran (Sourate 9, verset 29: "Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés"). Mais le fougueux Boutros ne se soumet pas, et n'utilise pas la langue de bois. Avec éclat il adresse à l'Islam "Dix requêtes", qui concernent les exigences drastiques de l'Islam vis-à-vis des non musulmans. Elles sont formulées dans:
 http://memri.org/bin/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SP94305
Son action a entraîné de nombreuses conversions au christianisme, clandestines ou non. La récente conversion publique du journaliste italien Magdi Allam, baptisé par le Pape Benoît XVI, est seulement la partie non immergée de l'iceberg. En effet, cheik Ahmad al-Qatani a déclaré à la chaîne de télévision Al-Jazira que quelque six millions de musulmans se convertissent au christianisme chaque année. Certains d'entre eux ont été convaincus par les émissions du Père Boutros. Plus récemment, Al-Jazira a dit que Al-Hayat (Life TV) constitue "un raid évangélique sans précédent" sur le monde musulman. A ce sujet plusieurs facteurs expliquent le phénomène Boutros.
D'abord, les nouveaux médias, particulièrement la TV par satellite et Internet (le principal canal de Life TV), ont rendu possible un débat public sur l'islam sans crainte de représailles. Il est sans précédent de voir des musulmans du monde entier, même d'Arabie saoudite (où les Bibles importées sont confisquées et brûlées), intervenir dans les émissions pour débattre avec Boutros et ses amis, et parfois, être amenés à accepter le Christ.
Deuxièmement, les émissions du Père Boutros sont en arabe, la langue de quelque 200 millions de personnes, la plupart d'entre eux musulmans. Bien que plusieurs écrivains occidentaux aient publié des critiques motivées de l'Islam, leurs arguments passent largement inaperçus dans le monde islamique. Or Boutros possède une maîtrise parfaite de l'arabe classique. Ceci non seulement lui permet d'atteindre un public plus large, mais encore il a la possibilité d'examiner en profondeur la volumineuse documentation arabe, en grande partie inexploitée par les écrivains occidentaux, qui ne disposent que de traductions. Pour le commun des musulmans, il peut ainsi mettre en relief les contradictions et offenses au sens commun, et moral, trouvées dans ce vaste corpus.
Une troisième raison du succès du Père Boutros est que sa technique argumentaire s'est avérée irréfutable. Chacune de ses émissions a un thème, souvent exprimé sous forme de question (par exemple, "Est-ce que le jihad est une obligation pour tous les musulmans?", "Les femmes sont-elles inférieures dans l'Islam?", "Mohammed a-t-il dit que les singes femelles adultères devraient être lapidées?", "Est-il salutaire de boire l'urine des prophètes selon la charia?"). Pour répondre à ces différentes questions, les citations de Boutros sont données de façon méticuleuse. En effet il prend toujours soin de fournir avec précision les sources et numéros de référence, à partir de textes qui font autorité sur le sujet, partant du Coran; puis des hadiths (paroles canoniques du Prophète), et enfin les écrits et commentaires d'éminents théologiens musulmans (les ulémas) du passé et du présent.
Boutros présente la documentation islamique sous une forme suffisamment détaillée, de sorte que le sujet controversé est présenté comme un aspect de l'Islam. Néanmoins, si convaincantes que soient ses preuves, Boutros ne conclut pas catégoriquement que des sujets tels que le jihad universel, ou l'infériorité de la femme, font partie des principes fondamentaux de l'Islam. Il traite la question comme ouverte, et invite humblement les ulémas, arbitres reconnus de la charia, à réagir et à trouver l'erreur dans sa méthodologie. Cependant il ne demande que des réponses fondées sur le “al-dalil we al-burhan", "évidence et preuve", ni cri, ni sophisme.
Le plus souvent, la réponse des ulémas est un silence assourdissant, ce qui a rendu Boutros et Life TV plus attrayants pour les téléspectateurs musulmans. Les ulémas, qui ont publiquement réagi aux arguments de Boutros, se sont souvent vus obligés d'être d'accord avec lui, ce qui a donné lieu à quelques amusants, et embarrassants, instants sur la chaîne arabe Life TV.".
A ce sujet Raymond Ibrahim cite deux exemples d'hadiths ayant amené des controverses et débats pleins d'intérêt: le devoir d'allaitement d'un adulte inconnu par une femme, et selon la charia la possibilité pour un homme de posséder des esclaves sexuelles. Les détails sont donnés en anglais dans:
http://article.nationalreview.com/?q=NTUwY2QyNjA0NjcwMjExMzI2ZmJiZTEzN2U1YjYyZjE#more "En exposant ces obscures et embarrassantes questions, des auditeurs musulmans ont forcé les ulémas à répondre. Or Boutros fournit toujours les preuves de ses sources. Aussi dans l'incapacité de réfuter les affirmations de Boutros, la seule stratégie laissée aux ulémas (excepté la rumeur de mise à prix de sa tête d'un montant de plusieurs millions de dollars) est maintenant de l'ignorer. Quand il est question de lui, ils l'écartent en tant que menteur, fauteur de troubles, valet de l'internationale sioniste. Ils n'essayent plus de réfuter ses arguments, mais adoptent une attitude méprisante. Cette stratégie peut satisfaire certains musulmans, mais d'autres exigent des réponses de la part des ulémas, et sont troublés par leur silence."
4- Comme conclusion: la fin de l'article de Raymond Ibrahim, quelques controverses.
"La raison fondamentale du succès de Boutros est que, contrairement à ses homologues occidentaux qui critiquent l'Islam d'un point de vue politique, son objectif est le salut des âmes. Souvent il commence et termine ses programmes en déclarant qu'il aime tous les musulmans comme des frères, et de ce fait il a le devoir de les conduire vers la vérité. A cette fin, il ne se contente pas d'exposer les aspects dérangeants de l'Islam. Avant de conclure chaque programme, il cite des versets bibliques significatifs, et invite ses auditeurs à découvrir le Christ.
L'objectif de Boutros n'est pas l'affrontement des civilisations, ou la promotion des intérêts israéliens, ou le dénigrement des musulmans. Son but est d'écarter les musulmans du légalisme de la charia, et les amener à la connaissance de la spiritualité chrétienne. De nombreux critiques occidentaux ne parviennent pas à comprendre que, pour désamorcer le radicalisme islamique, il faut offrir aux musulmans une vision théocentrique et spirituellement satisfaisante, et non pas la laïcité, la démocratie, le capitalisme, matérialisme, le féminisme, etc. Les vérités d'une religion ne peuvent être contestées et supplantées que par les vérités d'une autre religion. Ainsi le Père Zakaria Boutros combat le feu avec un contre-feu."
Une idée des controverses soulevées par les émissions du Père Zakaria est donnée dans:
http://italiancatholic.blogspot.com/2006/02/coptic-christian-leader-has-his-life.html#c113889163772435690
Ce site a l'intérêt de donner la mesure des menaces qui pèsent sur le Père. Les 14 commentaires de coptes égyptiens qui suivent méritent aussi une lecture, et parmi eux un qui se distingue, celui qui lui reproche d'attiser les tensions entre chrétiens et musulmans, en troublant une harmonie qui, dans le passé, aurait toujours existé entre eux. Dans un but d'apaisement de ces tensions, le Père Zakaria ne fait d'ailleurs plus partie de l'Eglise copte égyptienne, et s'est exilé aux USA.
Une idée des persécutions subies par les coptes en Egypte est donnée sur:
http://italiancatholic.blogspot.com/search/label/Coptic%20Persecution
La crainte de représailles explique l'inquiétude d'une partie d'entre eux devant le succès de l'action évangélisatrice du Père Zakaria.
Souhaitant se placer sur un plan purement intellectuel l'étude faite sur:
http://whyislam.wordpress.com/2007/06/27/the-objectivity-of-it-all-answering-zakaria-botros-i/
se veut une réfutation musulmane de l'argumentation du Père Zakaria, en contestant son objectivité, et l'absence de valeur de ses citations. Il semble que les conversions de religieux mentionnées ci-dessus, infirme l'analyse faite dans ce texte. Il demeure cependant intéressant en tant que réponse non violente à l'action du Père.
 alleluia
 alleluia
9 alleluia